PVT ou WHV, ce truc qui nous fait rêver

Si tu t’intéresses un minimum au voyage, tu as peut-être déjà entendu parler du PVT (Permis Vacances Travail) ou du WHV (Working Holiday Visa). Ou alors, tu connais forcément quelqu’un (qui connait quelqu’un qui connait quelqu’un etc) qui est parti en Australie ou au Canada pendant un an pour visiter et faire des petits jobs en même temps… Je vais t’expliquer ce que sont ces permis/visa, et/ou comment ces personnes sont parties faire ce qu’elles faisaient en Australie ou au Canada.

Le PVT/WHV, qu’est-ce que c’est ?

Le PVT ou WHV (c’est exactement la même chose, juste deux appellations différentes en fonction des pays et des gens – j’utiliserai les deux sigles indifféremment) est un visa permettant aux jeunes français d’aller faire du tourisme longue durée sur un territoire étranger, tout en ayant le droit de travailler. Pour l’instant, la France a passé un accord avec les pays suivants :  (NB : regarde régulièrement le site pvtistes.net, de nouvelles destinations viennent allonger la liste de temps à autres)

Australie

Canada

Nouvelle Zélande

Argentine

Japon

Corée du sud

Taiwan

Hong Kong

– Chili

– Colombie

– Mexique

– Uruguay

Russie

pvt-2016

D’ici peu, les français pourront également se rendre au Brésil avec ce visa… Enfin… quand on dit « peu » pour quelque chose qui concerne le Brésil, ça peut vouloir dire « beaucoup »!! Et d’autres destinations sont en cours de discussion pour une ouverture prochaine.

Ce programme est aussi ouvert aux jeunes belges, mais pas pour toutes ces mêmes destinations. Par exemple, ils ont accès à Taiwan, pays qui n’est pas encore accessible pour les français, mais n’ont pas encore accès à la Corée du sud via ce programme.

Le programme PVT/WHV est réciproque, c’est-à-dire que la France est une destination ouverte aux jeunes des pays listés ci-dessus pour faire du tourisme longue durée et faire des petits jobs en même temps.

Comment l’obtenir ?

En principe, la démarche est assez simple. Mais chacun des pays impose une procédure et des conditions différentes.

Conditions : 

Parmi les conditions identiques à tous les pays, il y a l’âge. Il faut avoir entre 18 et 30 ans au moment de la demande du PVT. Je dis bien « de la demande », et non de l’obtention. Ce qui veut dire que jusqu’à la veille de tes 31 ans (attention au décalage horaire…), tu peux faire la demande de ce permis ! Seul le Canada propose des PVT jusqu’à l’âge de 35 ans pour les français (30 ans pour les belges).

Pour certains pays, du moment que tu remplisses les conditions exigées et que tu payes la somme demandée, etc, tu obtiens ton permis sans problème. Je pense notamment à l’Australie ou à la Nouvelle Zélande, où il n’y a pas de quotas et où tu peux faire la demande à tout moment de l’année. Par contre, pour d’autres, et notamment le Canada, c’est plus complexe. La démarche n’est pas complexe en soi, il faut peu de documents, mais c’est juste que le Canada impose des quotas, quotas plutôt très faibles face à la demande toujours croissante. Alors forcément, les quotas sont atteints en quelques heures, et les gens qui ne font pas la demande le jour où les quotas sont ouverts, ils n’ont plus qu’à attendre l’année suivante… Inversement, certains quotas imposés par d’autres pays ne sont jamais (ou pas rapidement) atteints.

Pour plus de détails et pour savoir comment ça se passe pays par pays, je te conseille de consulter ce site.

Fonctionnement :

Le fonctionnement du PVT diffère un peu d’un pays de destination à un autre. Par exemple, pour l’Australie, à partir du moment où tu as obtenu ton WHV, tu as un an pour entrer sur le territoire australien. Par contre, pour la Corée du sud, tu dois entrer sur le territoire dans le mois qui suit l’obtention du visa. C’est pour quoi il est important de ne se référer qu’aux informations concernant le pays vers lequel tu souhaites aller.

Durée :

Un an pour la majorité des pays, pouvant être rallongés dans certains pays sous certaines conditions. Ainsi, tu peux rester en Australie jusqu’à deux années ! Top, non ?

Australie 164

Coût :

Idem, très variable. Alors qu’il est gratuit pour la Corée du sud, il va coûter quelques dizaines d’euros pour Hong Kong, jusqu’à quelques 400 euros pour l’Australie (c’est le prix du succès héhé).

Et une fois sur place ? 

Eh bien… profite j’ai envie de dire !! Ton visa est vraiment fait pour que tu puisses visiter le pays sur de la longue durée, et que tu puisses en même temps travailler de façon à financer tes excursions etc. Il semblerait qu’au Canada, les jeunes utilisent le PVT plutôt comme porte d’entrée vers le monde du travail canadien, et ils voyagent assez peu je trouve, alors qu’en Australie, tu verras beaucoup de jeunes en mode camion aménagé à parcourir le pays en faisant des petits jobs par-ci par-là.

En fonction des destinations, il est plus ou moins facile de trouver du travail. Mais ne t’attends pas à travailler à des super postes haut placés hein. En général, tu trouveras plutôt des petits jobs. Pour le Canada, il semble également facile de trouver des postes un peu plus valorisants, mais les entreprises étant au courant de la limitation dans le temps de ces visas, ils hésitent à s’engager. Je me souviens qu’au cours d’un road-trip en Australie, alors que nous étions posés sur une aire de repos, un gars est venu nous demander si on voulait bosser dans sa ferme de coton quelques semaines. Easy !

La suite ?

Après une expérience comme le PVT/WHV, dur dur de retourner à sa vie « normale ». C’est sûrement pour cette raison que pas mal de jeunes enchainent les PVTs dans différents pays. En effet, tu as le droit de faire autant de PVTs que tu veux, à condition de changer de pays et de toujours rentrer dans les conditions au moment des demandes.

Aussi, peut-être qu’au cours de ton PVT sur place, des opportunités se présenteront à toi pour que tu puisses rester sur place avec un vrai visa de travail (non limité à un an, pour le coup). C’est pour quoi il est important de s’intégrer à la population locale, et de ne pas forcément chercher à ne rester qu’entre PVTistes (p’tit nom donné aux détenteurs de ce visa).

Mes deux p’tits conseils :

Si tu as envie de découvrir une partie du monde, et d’avoir une super expérience qui te permette de mieux te connaître et grandir, le PVT est fait pour toi. De plus, tu peux réellement mettre en valeur cette expérience sur ton CV. Alors franchement, si tu galères à trouver du travail (ou si t’as simplement envie de nouveauté dans ta vie), ne reste pas sans rien faire, prends toi en mains, et vis l’expérience PVT !

Même si aucun pays n’exige de niveau de langue, je te recommande vivement d’avoir quelques bases de la langue locale.

Bon voyage !

***

Suis-moi sur Instagram et Facebook !

Tu pars en voyage au long cours ? N’oublie pas l’assurance ! Plus d’infos ici avec en bonus 5% de réduction pour toute souscription de l’assurance Cap Working Holiday !

2 réflexions sur “PVT ou WHV, ce truc qui nous fait rêver

  1. Le PVT est un excellent moyen pour partir plusieurs mois à l’étranger. Par contre on ne peut pas compter dessus pour avoir un emploi intéressant. C’est juste pratique pour les petits jobs !

    J'aime

    • C’est bien vrai. Toutefois, je connais quelques rares personnes qui ont eu un sacré coup de chance et qui ont pu avoir des postes vraiment intéressants pendant leur PVT, débouchant sur des postes encore plus intéressants à l’issue du PVT lui-même. Ya pas à dire, on n’est pas tous dotés de la même bonne étoile 🙂
      En tout cas, ça ne peut être qu’une bonne expérience à tous les niveaux !

      J'aime

Ton commentaire est bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s