Cuba : découverte de Varadero

Comme dit dans mon précédent article, Cuba est la destination soleil n°1 des canadiens (québecois principalement). Mais au sein de Cuba, il y a une zone de prédilection : Varadero. 75% des touristes se rendant à Varadero sont canadiens. C’est un truc de dingue ! On quitte les québecois le temps de vacances, pour retrouver… des québecois ! Mais ils ont été cools, ils n’ont pas ramené froid et neige avec eux ! 😉

Généralités

Bon, quelques mots sur Varadero. C’est une petite ville située à 140 kms à l’Est de La Havane (qui fera l’objet de mon prochain article), surtout station balnéaire. La ville est elle-même n’est pas grande, mais elle s’étend en réalité sur toute une péninsule, quasiment intégralement occupée par de gros complexes hôteliers comme celui où nous nous trouvions. Alors je te le dis tout de suite : les hôtels ne sont pas du tout les uns sur les autres comme ce que tu pourrais croire en lisant les avis sur des sites dédiés à ça… Ça reste espacé, aéré. Après, c’est une question de goûts, mais pour moi qui n’aime pas me sentir à l’étroit, la péninsule de Varadero me convenait parfaitement.

Extrémité de la péninsule

Extrémité de la péninsule

Gros point fort : superbe localisation pour admirer de splendides levers de soleil… faut-il encore mettre son réveil à sonner ! Mais pour ma part, j’aime profiter de mes journées en vacances, donc je me lève aux aurores… pour voir ça !

Seul hic de cette péninsule : pour peu que ton hôtel soit quasiment au bout de la péninsule (c’était mon cas), tu te retrouves vraiment loin de tout, et notamment du centre de la ville de Varadero (45 minutes en bus, forcément un peu moins en taxi). Élément dont il faut à mon goût tenir compte si tu ne veux pas faire que rester à profiter des activités internes à ton hôtel !

Notre hôtel

On n’a pas pour habitude d’aller se poser dans un all-inclusive une semaine entière, même si les vacances farniente sont bien cool une fois de temps en temps ; mais là, c’était véritablement moins cher que de prendre les vols séparément de l’hôtel, donc bon, c’était vite vu !…

Nous étions au Melia Peninsula Varadero, un superbe complexe 5 étoiles (il parait qu’il ne faut pas miser en-dessous d’un 4 étoiles à Cuba…) en bord de mer.

Un des bâtiments du complexe

Les chambres étaient confortables, même si certains détails seraient à revoir (manque de rangements notamment). Autre chose à savoir pour les chambres, et c’est le cas pour tous les hôtels de Varadero : les serviettes ne sont pas changées tous les jours, elles sont changées uniquement quand la femme de ménage a de quoi les remplacer (il n’y qu’une seule laverie pour tous les hôtels de Varadero… inutile de préciser que ça ne suit pas). Donc si tu mets tes serviettes en boule au sol, dans l’espoir qu’elles soient changées : soit elles seront remises sur les porte-serviettes, soit la femme de ménage les embarquera et tu n’auras plus rien pour t’essuyer. Donc un bon conseil : fais en sorte de pouvoir utiliser tes serviettes toute la semaine pour éviter d’avoir à t’essuyer avec ce que tu as utilisé pour éponger le sol (du vécu ? naaaaaan). Les changes-tu tous les jours chez toi…? Non ! Bon bah fais pareil à Cuba… et en plus, c’est plus respectueux envers la nature 😉 .

Chaque chambre est équipée d’une grande terrasse sur laquelle il est agréable de profiter des premiers ou des derniers rayons du soleil, en compagnie de ces typiques oiseaux de Cuba : les quiscales noirs.

Le quiscale noir, fidèle compagnon de tes repas à Cuba

Le quiscale noir, fidèle compagnon de tes repas à Cuba

Côté nourriture, je capte pas bien les commentaires que j’avais lus et qui disaient que le choix était restreint et que c’était tout le temps la même chose : 4 restos à la carte, 2 buffets à volonté et le snack de la piscine… Le cadre de chaque resto était vraiment top… Et l’intérêt d’un buffet, ce n’est pas de mettre une cuillère de tous les plats proposés dans ton assiette à chaque repas, parce que dans ce cas, oui, tu vas te retrouver tout le temps avec le même assortiment ! Nan, le but, c’est de pouvoir varier à chaque repas… Un peu de féculents, un peu de légumes, un peu de protéines, et tu tournes, et le tour est joué ! Enfin pour ma part, je n’ai pas du tout eu l’impression de manger tout le temps la même chose en faisant comme ça. Le seul reproche que j’aurais à faire concernant la nourriture, c’est le non respect de la chaine du froid (et pourtant c’était un 5 étoiles hein…). Beurre rance, lait tourné, fromages à l’aspect et à la texture douteux, glaces décongelées-recongelées… L’expérience avec les produits laitiers n’était pas au top, et mon organisme s’en souvient encore apparemment !

En termes d’animation, c’était sympa ; il y avait à la fois l’équipe d’animation de l’hôtel lui-même, mais aussi celle du club Lookea, 100% francophone. Spectacles, incitations à faire du sport, soirées à thèmes, et surtout bonne humeur et belles rencontres au programme 😉 !

Piscine

Escapade à Varadero

Comme tu l’as certainement compris, ce n’est pas parce qu’on va dormir dans un all-inclusive qu’on tient à y passer 100% de notre temps. C’est dommage d’aller à l’étranger, surtout Cuba à un tournant important de son histoire, et de ne pas aller à la rencontre du pays tel qu’il est vraiment.

Alors un jour de notre semaine, on prend nos dispositions pour nous rendre dans le centre de Varadero. Il nous faut prendre un bus ou taxi, on choisit le bus. Pour 5 CUC (plus ou moins 5 euros), on a un ticket valable pour la journée entière.

Il est 9h30 du matin, il fait déjà très chaud. Après une quinzaine de minutes d’attente, un bus à deux étages arrive. C’est le nôtre. Il est déjà bien plein, nous devons rester debout, et nous entasser les uns contre les autres. À chaque hôtel, le bus s’arrête et se remplit encore un peu plus, majoritairement de québecois qui ont eu la même idée que nous au même moment.

Après un long trajet de presque une heure (à cause des arrêts), on arrive enfin à bon port. Là, ça y est, on se sent dans un endroit qui sort de l’ordinaire, on se sent à Cuba. Les rues sont peuplées de voitures plus ou moins colorées des années 50, ultra polluantes, clinquantes et bruyantes ; une majeure partie de ces voitures est utilisée en tant que taxis. En guise de taxis locaux, charrettes et « tuktuk » se bataillent pour transporter les nombreux touristes venus rendre visite à cette charmante ville. Les maisons sont de toutes les couleurs et de toutes les formes, elles aussi, majoritairement de faible hauteur en raison du risque cyclonique. On sent l’influence espagnole dans l’architecture de certaines…

Alors que nous marchons sans trop savoir où nous allons, notre oeil est attiré par l’intensité du bleu de l’océan. C’est bien simple, sable blanc + eau turquoise = plage encore plus belle qu’au bout de la péninsule ! Nous regrettons presque de ne pas avoir pris un hôtel plus proche…

Varadero Beach

Répartis régulièrement le long d’une avenue centrale, de nombreux marchés artisanaux sont là pour te faire dépenser tes sous, que ce soit des CUC, des dollars, des euros, ou ce que tu as. Tu peux payer à peu près avec tout, visiblement… Dans le marché dans lequel nous passons, chaque vendeur nous invite cordialement à regarder de plus près ses marchandises, qu’il s’agisse de chapeaux, de tableaux, de vêtements, de bijoux, de bibelots ou d’autres babioles que de nombreux touristes se plaisent à ramener de Cuba. Nous flânons dans les étroites allées parfumées par les mélanges d’odeurs de fruits exotiques et de cigares, au rythme des musiques locales jouées à tous les coins de rue.

Moi au piano ahah

Moi au piano ahah

La chaleur dans le marché est étouffante, le vent, qui habituellement nous épargne de cette sensation de lourdeur, ne s’engouffre pas dans les allées. On se laisse finalement tenter par une piña colada à la mode locale : un ananas frais vidé de sa chair ; une moitié nous est donnée à manger, l’autre moitié est mixée avec lait de coco et une bonne dose de rhum, mélange qui est ensuite reversé dans la carcasse d’ananas et nous est servi ainsi, dans l’ananas, à boire avec une paille. Bon, boire un tel cocktail à 11h30 du matin, sous une telle chaleur, sans rien manger en même temps, ce n’est pas la meilleure idée du siècle… mais je n’en suis pas morte !

Piña Colada

Piña Colada

Un peu plus tard, nous retournons à l’hôtel et savourons un bain dans l’eau de mer, à température idéale…

Le lendemain, nous partons à la découverte de La Havane à bord d’une vieille voiture américaine… à découvrir au prochain article !

***

Suis-moi sur Instagram et Facebook !

Ton commentaire est bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s