France : notre tour de Corse – partie 2

Après mon récit sur la première partie de notre tour de Corse, de Bastia à Ajaccio, en passant entre autres par Porto Vecchio, Bonifacio, et Propriano, voici la deuxième partie, de Corte à L’Île Rousse, en passant notamment par le Mare a Mare nord.

Corte

Le trajet

En train, au départ de la gare d’Ajaccio. 28 euros pour nous deux et notre chienne. Le train n’est pas très grand, mais surtout très bruyant et semble bien instable sur les vieux rails qui traversent des paysages tous plus vertigineux les uns que les autres. Au fur et à mesure des arrêts dans différentes gares, le train se remplit de randonneurs qui ont fait un bout du GR20. Eux ont une allure beaucoup plus athlétique que les randonneurs qu’on avait croisés jusqu’à maintenant, et nous font nous dire que nous sommes bien ridicules avec nos sacs de 10 et 13 kilos !! 😉

La ville

Dès qu’on sort de la gare de Corte, on aperçoit le centre de la ville et sa citadelle, confortablement installés dans la vallée au creux de montagnes rocailleuses. Corte et sa région, nous les avons découverts de la manière la plus typique qui soit : en compagnie d’une famille locale. J’ai en effet eu la chance d’y retrouver un de mes cousins et sa famille installés ici depuis de longues années. Au-delà du plaisir de le revoir après quasiment 20 ans – ou plutôt de faire sa connaissance, devrais-je dire ! – cela nous a permis de voir la Corse sous un oeil totalement différent, mais encore plus enrichissant. Nous avons notamment pu aller au contact de villageois, que nous n’aurions certainement jamais pu connaître autrement, et qui nous ont été de très bon conseil pour le reste de notre séjour. D’une fête de famille à une fête de village corse, en passant par du canyoning et des baignades dans des piscines naturelles d’une des rivières du coin, nous avons apprécié chaque moment passé par ici !

À ne pas rater

  • Randonnées dans les vallées et/ou les montagnes : notamment la montée au lac de Nino, où passe le GR20.
  • La citadelle de Corte, où il fait bon s’arrêter déguster une bonne glace artisanale ou une part de tarte aux herbes

Corte

Mare a mare nord

Pour en savoir plus sur ce chemin de randonnée, je t’invite à lire mon article à ce sujet !

Mes coups de coeur de cette randonnée :

  • le plateau d’Alzu : à quasiment 1600m d’altitude, une virée sur ce plateau est on ne peut plus dépaysante. Là, tu as l’impression de remonter le temps et que celui-ci s’arrête. Tu savoures juste ce que tu vois. Un décor enchanteur, au milieu de roches aux formes variées, le tout en présence de nombreux animaux plus ou moins sauvages, cochons, ânes, chevaux, brebis…

Plateau

  • la rencontre avec les randonneurs du GR20 au col de Verghio : j’ai beaucoup aimé cette solidarité qui règne entre les randonneurs, même ceux qui ne se connaissent pas (surtout ceux qui ne se connaissent pas, en fait!). Et je garde un excellent souvenir de cet apéro improvisé partagé avec deux toulousains du GR20 !

Porto

Le trajet

Via le Mare a Mare nord jusqu’à Évisa, puis une étape du Mare e Monti jusqu’à Ota, et une navette qui descend ensuite jusqu’à Porto en un petit quart d’heure. 10 euros pour nous 3.

La ville

Porto est un mignon village installé tout en longueur entre les montagnes dorées du coin. Sur les hauteurs, là où est implantée la majorité des campings et des supermarchés, on a une super vue sur le coucher de soleil. Un magnifique spectacle à ne surtout pas rater ! Puis quand on descend vers la mer, on longe divers hôtels, boutiques, bars, restos et même quelques clubs pour finalement arriver sur la grande place au pied de la tour Genoise, et un peu plus loin, la Marina.

À ne pas rater

  • Girolata et réserve naturelle de Scandola : tu verras une multitude de compagnies qui proposent des sorties en bateau pour des tarifs plus ou moins équivalents entre concurrents, certains pour aller dans les Calanche de Piana, d’autres pour aller vers la réserve naturelle de Scandola et Girolata, et encore d’autres qui te proposent l’intégralité de ces spots. À toi de voir ce que tu choisis, mais pour ma part, j’avais opté pour la réserve, car le seul moyen d’aller la voir, c’était justement en bateau. 76 euros pour deux personnes + chien gratuit, et nous voilà partis un matin de bonne heure afin d’éviter de trop cramer sur l’eau. On part alors à la rencontre de roches aux couleurs chaudes et aux formes toutes plus impressionnantes les unes que les autres, bordant une eau on ne peut plus claire. Petit arrêt à Girolata, un village accessible uniquement à pieds ou en bateau, qui m’a fortement rappelé ce genre de petits villages côtiers qu’on pouvait voir au Brésil. Notre conseil : quand on est au moins 2, il devient plus intéresser de louer son propre bateau sans permis (70 euros la demi-journée!). Tu pourras aller voir la même chose et profiter à ta guise… Et autre chose, quand tu fais le tour comme celui que j’ai fait, fais-le plutôt en soirée pour être sur l’eau au moment du coucher de soleil. Tu ne le regretteras pas !

Scandola

  • Le coucher de soleil : justement, le coucher de soleil, parlons-en ! Nous avions la chance d’être installés à un camping duquel nous avions un magnifique panorama sur ce spectacle. Mais ça vaut aussi la peine de descendre jusqu’à la Marina et d’assister à ce moment magique au milieu de nombreux photographes venus immortaliser l’instant.
  • Un baptême de plongée : comme je le disais un peu plus haut, l’eau est on ne peut plus claire par ici, et tu verras que plusieurs stands de plongée sont installés sur la Marina pour te proposer une découverte de la plongée en bouteilles dans ces eaux turquoises. Tous proposent pour 55 euros une sortie de 2 heures, avec un baptême de 20 minutes et le reste en snorkelling.

Calvi

Le trajet

En bus de Porto, une cinquantaine d’euros pour deux adultes et un chien. Je tire mon chapeau à la conductrice, qui, malgré les interminables lacets et routes étroites, a conduit parfaitement bien du début à la fin. Je t’assure que ça n’est pas donné à tous les chauffeurs de bus/navettes….!

La ville

Alors là, si on veut éviter la foule, être tranquilles, etc etc, c’est pas là qu’il faut venir hein ! Ça grouille de partout, ça bouchonne, ça klaxonne… c’est la cohue ! Bon, il faut tenir compte du fait que j’y étais autour du 15 août, mais quand-même… La ville semble bien plus animée qu’une grande majorité de celles que nous avons vues en Corse. Et si t’aimes pas le vent, c’est pareil, faut pas venir ici ! Comme dans beaucoup d’endroits de l’île, la ville s’organise de part et d’autres d’une citadelle qui domine le port. De cette citadelle partent plusieurs rues piétonnes pleines de boutiques, de bars, derrière l’esplanade plutôt spécialisée dans les restos hors de prix !

À ne pas rater

  • Randonnée par Notre Dame de la Serra, d’où on a une superbe vue sur Calvi, jusqu’à la Punta Revellata, où on longe des eaux turquoises, idéales pour les plongeurs.
  • Si t’as moyen d’être dans le coin pour un feu d’artifice, fais-le ! Ils sont en principe tirés de la citadelle, et tu as alors un superbe point de vue à partir de la plage. Celui du 15 août était juste somptueux (Toupie a un peu moins apprécié, mais bon…).

Punta Revellata

L’Île Rousse

Le trajet

En train au départ de Calvi. Je ne peux pas te dire le prix, car nous avons fait entre les deux un retour vers Corte avant de nous faire raccompagner à L’Île Rousse ensuite :p !

La ville

Pas de citadelle ici, mais une superbe plage d’eau turquoise en pleine ville ! Aux abords de cette plage, tu trouveras les petites ruelles commerçantes où tu seras obligé d’acheter une connerie (c’est tentant), ainsi que la grande place sur laquelle tu seras obligé de manger un truc (tentant aussi !). La zone étant particulièrement aride, il est possible de voir les Canadairs à l’oeuvre, qui viennent se remplir sous tes yeux dans la mer, et qui vont larguer leur chargement d’eau sur la zone incendiée en arrière de la ville. Spectaculaire… mais j’avoue que quand je me suis rendu compte que l’incendie en question n’était qu’à quelques centaines de mètres de mon camping, j’ai un peu moins rigolé !

À ne pas rater

  • Le coucher de soleil : ici encore, le ciel se teinte de couleurs extraordinaires lorsqu’arrive la fin de journée. Et c’est encore plus beau si le ciel compte quelques petits nuages, qui se teintent alors de rose, de roux ou de rouge quand les derniers du soleil viennent les chatouiller.
  • Une balade sur l’Île de la Pietra : j’imagine que la ville tire son nom de la couleur des roches de cette île, car plus roux que ça, tu meurs ! On craignait même de perdre Toupie par là, car étant elle-même rousse, on aurait eu quelques difficultés à la retrouver ! En tout cas, on en prend plein les yeux avec ces roches dorées au milieu d’une mer turquoise sous un ciel bleu de chez bleu.

Et voilà, notre tour de Corse s’achève là. Nous avons repris un bateau en direction de Nice afin de retourner sur le continent préparer la suite de nos aventures… Nous prévoyons déjà d’y revenir, afin de connaître tout ce que nous n’avons pas pu voir, comme le désert des Agriates, le Cap Corse, les aiguilles de Bavella, et bien d’autres merveilles de l’Île de Beauté ! Je t’invite, si tu le souhaites, à consulter mon album en ligne sur l’intégralité de notre tour de Corse !

***

Suis-moi sur Instagram et Facebook !

Ton commentaire est bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s