10 frayeurs et mésaventures de voyage…

… qui ont rendu mes voyages encore plus ancrés dans mon esprit !

Chez moi, le voyage est indissociable des péripéties. Il n’est pas un seul voyage que j’aie fait sans qu’il ne m’arrive la moindre mésaventure. Heureusement, elles restent toujours au second plan à côté de tous les aspects positifs que le voyage apporte, mais elles sont toujours bien présentes. Aujourd’hui, quand je voyage, ça n’étonne plus ma famille et mes amis quand il manque les 3/4 de mes bagages à l’arrivée à ma destination. Ça n’inquiète plus personne quand je finis à l’hôpital. Nan. Au contraire, ça inquiète si je reviens de voyage sans qu’il ne me soit rien arrivé du tout. Ces mésaventures, bien que très chiantes sur le coup, jouent quand-même un rôle important dans le souvenir qu’on va garder de tel ou tel endroit. Je dirais même que ça ancre encore davantage les souvenirs dans notre esprit. Je partage avec toi quelques unes de mes plus marquantes…

Ma brûlure au 2nd degré à Salvador au Brésil

Juillet 2011. En moto-taxi dans un village de pêcheurs près de Salvador de Bahia au Brésil. Dans le top 3 des expériences les plus douloureuses de ma vie (ouais, pire que l’anesthésie locale qui ne dure pas assez longtemps pour l’opération des dents de sagesse – vécu aussi…) ! Comment j’ai fait ça ? Je suis juste descendue de moto et ai gentiment collé mon mollet sur le pot d’échappement… mauvaise idée quand on est habillé en short ! Note pour plus tard : ne pas monter en moto-taxi en short !!!

Ma jambe brûlée

Mon agression par un groupe de jeunes à Coimbra au Portugal

Stage Erasmus au Portugal. 2007. Comme tous les soirs, je rentre à ma résidence universitaire. Comme tous les soirs, les gamins du campement de gens du voyage, curieux, m’accompagnent sur une partie du trajet entre l’arrêt de bus et ma résidence. Je ne parle pas encore portugais, alors ils essaient de communiquer avec moi tant bien que mal… Ça fait 3 ans que ces gens du voyage sont installés ici, très bien acceptés par les habitants des environs. Mais ce soir-là, ça dégénère : le groupe de gamins décide de tenter de me dépouiller de tout ce que j’ai : téléphone, ordi, sac à main et même vêtements. Tout est allé très vite, je ne me rappelle plus trop bien des détails après. Je sais juste que j’ai jamais couru aussi vite (ah si, peut-être quand je me suis fait courser par un grand kangourou en Australie 🙂 ; j’y viens après) et que je ne m’en suis tirée qu’avec une lanière de sac ordi arrachée… Plus de peur que de mal, mais j’ai vite changé de lieu de vie !

Ma mini course-poursuite avec un kangourou au Mont Kaputar en Australie

Celle-là, c’est peut-être celle qui me fait le plus marrer avec le recul. Mais j’ai pas du tout rigolé sur le coup. Mars 2013, au sommet du mont Kaputar, pas très loin de la Hunter Valley. Ce matin-là, nous rangeons nos affaires dans notre camion pour filer ailleurs. On est au sommet d’un joli mont où de très nombreux kangourous ont élu domicile. Leur activité préférée : venir finir les assiettes des campeurs quand ceux-ci sont partis en balade. Une famille de kangourous rôde pas loin, ils cherchent à manger. On voit plein de panneaux autour de nous expliquant que nous devons éviter de leur donner à manger, et pour quelles raisons ça peut être dangereux pour nous (ils peuvent devenir agressifs) comme pour eux (nos aliments peuvent ne pas leur convenir d’un point de vue nutritionnel). Mais moi, dans mon camion, j’ai un paquet de céréales absolument dégueu (sans sucre, sans graisse, sans conservateur, sans colorant… bref,juste du blé écrasé et grillé…). Je me dis que ça ne peut pas leur faire du mal, et je m’approche de l’un d’eux avec une petite poignée de céréales dans la main. Un grand mâle vient sans crainte manger directement dans ma main. Je suis aux anges ! Mais à un moment, j’ai plus de céréales dans ma main… alors je commence à retourner vers le camion pour en chercher d’autres. Et derrière moi, j’entends comme de lourds pas. Je me retourne : le kangourou est en train de me courser. Là, j’ai fait le plus beau sprint de ma vie !

Ce que tu n'es pas censé faire...

Ce que tu n’es pas censé faire…

La perte des clefs de notre voiture à Malaga en Espagne

Road-trip en Andalousie en décembre 2013. Il fait super bon dehors, comme souvent dans cette belle région de la péninsule ibérique. On joue avec la chienne sur la plage, on profite de la douceur du climat. Puis on retourne vers notre voiture pour continuer notre road-trip. Là, la visage de mon cher et tendre se déconfit : « j’ai plus la clef » me dit-il. Je fouille mes poches, rien non plus. Puis d’un coup, je me rappelle que j’ai malencontreusement gardé le double dans mon sac à main (chose que je ne fais jamais normalement), mais heureusement pour cette fois-ci !

Notre arrivée en avion à Sydney en Australie

Février 2013, vol vers Sydney en A380. Quel vol confortable dis-donc ! Mais à la descente vers Sydney, ça commence à secouer un peu plus. Puis calme de nouveau. Et alors que nous ne sommes plus très loin du sol, trou d’air énorme. Je n’en avais jamais connu d’aussi gros. Tout le monde a crié, même ceux qui dormaient encore. J’avais réussi à pas mal me détendre pendant ce vol, grâce au service presque continu de boissons alcoolisées (oui bah quand on a peur de l’avion, on se détend comme on peut hein!), mais là, je suis méga crispée. Quelques dizaines de secondes plus tard, on arrive pour toucher le tarmac, et là, bam ! Atterrissage trop brutal, tellement brutal que même un morceau du faux-plafond tombe sur l’hôtesse. Ouais…. visiblement, le pilote avait aussi été crispé par le mega trou d’air juste avant…

Notre retour São Paulo – Paris en 3 jours

Jeudi 17 janvier 2013. On quitte le Brésil définitivement, retour en France. On a franchement pas envie de partir, on aime trop ce pays. Et ce trajet retour va bien nous faire regretter d’avoir pris l’avion ! Escale prévue à Londres. Ok, pas de problèmes. On arrive à Londres, on nous demande d’aller récupérer nos bagages, alors qu’ils étaient censés transiter automatiquement… Mmmh, bizarre. Sur les 6 que nous attendions, on n’en trouve que 2… Re-bizarre mais on va pas rester trois plombes ici hein !… On cherche les infos sur notre vol suivant : vol annulé, veuillez vous enregistrer sur un autre vol. On arrive alors dans le hall principal de l’énorme aéroport d’Heathrow : plein à craquer. Tous les vols au départ ou à l’arrivée ici sont annulés ! Un véritable chaos, un énorme bordel, et tout ça dû à une grosse tempête de neige qui paralyse tout le traffic aérien européen… On passera ainsi 2 journées à Londres, recevant bien plus d’informations grâce à nos familles en France qu’avec le personnel de l’aéroport, passant des heures et des heures à faire la queue pour espérer nous enregistrer pour le prochain vol en direction de Paris, pour finalement arriver à un comptoir où l’agent a décrété que c’était son heure de fin de service, et qu’il ne resterait pas une minute de plus… et là, tu refais la queue, encore et encore… Voilà comment mettre 3 jours pour faire Sāo Paulo – Paris, et en plus, en y laissant 4 bagages au passage… (ils sont arrivés 4 jours après nous à destination eux… mais quel chemin ont-ils fait????).

Le vol de notre casque en Espagne

Petit voyage à Ibiza en septembre 2013. On loue un scooter pour faire le tour de l’île, comme beaucoup font, et on s’arrête de crique en crique pour profiter des magnifiques paysages. À chaque fois, on laisse un casque au scooter, qu’on attache comme on peut au siège, et un autre qu’on emporte avec nous sur la plage. Jusqu’au jour où… plus de casque en revenant au scooter.

Ibiza

Ibiza

Notre agression par deux jeunes des favelas au Brésil

Ah la sécurité au Brésil, un grand sujet tiens ! Quand ça fait 10 mois que tu vis au Brésil et que tu constates que tu vis comme n’importe où ailleurs (= normalement), tu relâches un peu la pression et c’est là que le drame arrive ! C’est ainsi que nous avons expérimenté l’agression par deux jeunes ados de favelas sur une plage du nord-est brésilien. On nous avait prévenus que sur cette plage, il ne fallait pas rester au-delà de 16h, et il fallait rester près de la foule sur les plages privées. À 16h30, nous étions encore par là, à nous promener juste tous les deux à l’écart des plages privées. Bon bah est arrivé ce qui devait arriver hein ! On n’a pas respecté ce qu’on nous a dit, c’est de notre faute. Plus de peur que de mal, et un collier + un appareil photo volés… ainsi qu’une boule qui subsiste sur ma nuque suite aux coups qu’ils m’ont donnés…

Le jour où on a failli ne jamais entrer au Canada

C’était en janvier 2015, et on a bien cru qu’on allait devoir faire demi-tour ! Je t’invite à relire notre entrée fracassante au Canada !

Ma très probable intoxication alimentaire à Maceió au Brésil

Août 2012. C’est l’hiver à São Paulo (lol), alors on profite des températures clémentes du nord-est brésilien pour s’y rendre. Destination : un petit paradis appelé Maceió. Premier jour, on déjeune avec un couple d’argentins rencontré sur place. Délicieux ce repas ! Un poulet en sauce (ou plutôt sauce en poulet… lol) pour moi, et un plat de grillades pour mon mari… Mais une trentaine de minutes après, je suis prise de vertiges et de vomissements accompagnés de violentes douleurs au ventre et diarrhée (bon appétit surtout!). Ça a duré 4 jours. Nos 4 jours sur place. J’ai essayé de profiter de ce que je pouvais par tranche de 30 minutes pendant nos 4 jours sur place, en évitant de finir à l’hôpital (avec le recul, ce n’était pas très prudent …). J’ai parsemé toute la région de Maceió de mes vomis (désolée…). Je n’ai rien avalé pendant 4 jours ; dommage, les spécialités avaient l’air pas mal du tout ! Moi qui aime tant le soleil, je cherchais l’ombre à tout prix… Bref, j’étais vraiment au plus mal, et on n’a pas fait le tiers de ce qu’on espérait faire !

Praia do francês

Et j’en passe… comme cette fois où je suis tombée en panne sur la 2×8 voies (oui, oui) au nord de São Paulo, avec la voiture d’un pote, de nuit, sous la pluie, sur la voie de gauche, le long d’une rivière qui montait dangereusement, et sans batterie à mon téléphone… Ou encore comme cette randonnée qu’on a dû finir de nuit en Corse, perdus au milieu des montagnes…

Et le pire de tout ça, c’est que cette poisse du voyage déteint sur toute personne qui me fréquente d’un peu trop près ! Alors, tu veux voyager avec moi ? 😉

***

Suis-moi sur Instagram et Facebook !

Tu pars en voyage au long cours ? N’oublie pas l’assurance ! Plus d’infos ici avec en bonus 5% de réduction pour toute souscription de l’assurance Cap Working Holiday !

6 réflexions sur “10 frayeurs et mésaventures de voyage…

  1. C’est drôle, on dirait moi! Je suis porté poisse tout pareil mais ça finit toujours bien. Peut être que si on voyage ensemble ça s’annulera!!

    J'aime

    • Eh bien je n’ai quasiment aucune marque, alors que je me suis pourtant excessivement exposée au soleil depuis, tout ça… J’ai eu beaucoup de chance, surtout que je ne cicatrise habituellement pas très bien…!

      J'aime

Ton commentaire est bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s