Emmener son chien de France en Australie (I)

Aujourd’hui, mardi 13 octobre 2015, nous partons pour l’Australie faire un bout de chemin là-bas. Ce matin, j’ai dû confier ma chienne Toupie à une entreprise qui s’occupe de son transport jusqu’en Australie. Eh non, elle ne volera pas dans le même avion que nous car l’Australie impose des conditions très particulières pour laisser entrer un animal sur son territoire. Et afin de correspondre à ces critères, il faut plusieurs mois de démarches… Je te propose un « petit » récap’ de tout ça dans cet article, en commençant avec les étapes avant le départ.

Notes importantes avant lecture

  • ces informations sont… des informations ! Afin de savoir précisément les démarches à effectuer et d’être sûr que celles-ci soient actualisées, il faut se rendre sur le site du ministère de l’agriculture australien. Ce que je vais raconter là, c’est valide aujourd’hui, pour un chien de taille moyenne, envoyé de France…
  • parce que ma procédure a été un peu particulière du fait d’être faite à cheval sur deux pays, donner des montants exacts ne serait ni possible ni très informatif pour toi. Mais pour te donner une vague idée du nombre de billets à prévoir, je t’ai mis à chaque étape coûteuse un nombre de dollars correspondant au nombre de chiffres avant la virgule. En revanche, si tu veux plus de détails sur certains tarifs, je pourrais éventuellement te répondre si tu me contactes en privé.
  • inutile de perdre du temps avec un commentaire du type « inadmissible de faire subir ça à son chien »… L’abandonner aurait été inadmissible, oui ; surtout compte tenu de son histoire !

Dernier câlin avant les retrouvailles dans 10 jours

Prérequis :

– vérifier que l’importation du chien est possible (tu peux t’aider de cette page en remplissant les champs demandés) :

* certaines races ou croisements ne sont pas acceptés

* le chien ne peut être importé qu’à partir d’un pays approuvé (tu trouveras la liste dans ce tableau, sous les intitulés « group 1 », « group 2 » et « group 3 »)

* s’il s’agit d’une femelle, elle ne doit pas être enceinte de plus de 30 jours au moment du transport, ni être en période d’allaitement.

âge du chien : compte tenu de ce qui est demandé de faire, il ne te sera pas possible d’importer des chiens de moins de 9 mois (âge au moment de l’import).

vaccination antirabique : il faut que la vaccination du chien soit à jour (= que le dernier vaccin contre la rage ait été fait il y a moins d’un an), et le dernier vaccin doit avoir été fait dans un pays approuvé par le gouvernement australien.

puce électronique ($$) : le chien doit porter une puce électronique qui soit aux normes internationales (je te rassure, elles le sont quasi toutes aujourd’hui).

passeport ($$) : afin de faciliter les choses, je te conseille vivement de demander un passeport européen pour ton chien. Ça ne coûte pas très cher (j’ai payé 15 euros le mien chez mon vétérinaire au Portugal), et l’avantage est que tu as vraiment tout dedans. Ça limite la paperasse, et protège donc l’environnement, en même temps d’être super utile.

DémarcheQu'est-ce qu'on ferait pas pour cette petite bouille ?

1. Faire un titrage des anticorps antirabiques entre 180 jours (6 mois) et 2 ans avant la date d’export ($$$) : le résultat est normalement valide à vie pour une majorité de pays (sous réserve d’avoir tenu à jour la vaccination antirabique pendant ce temps), mais pour l’Australie, c’est 2 ans max. Autrement dit, c’est bien de le faire quand on sait qu’on va être amenés à bouger avec son chien, car ça peut toujours servir !

  • Le prélèvement doit être fait par un vétérinaire approuvé (tu ne trouveras pas de liste sur Internet, mais rassure-toi, ils le sont quasiment tous, évite juste les écoles vétérinaires du coup)…
  • Les 180 jours sont comptés à partir du prélèvement et non à partir des résultats.
  • Le prélèvement doit être envoyé pour analyse à un laboratoire agréé par le gouvernement australien (alors là, accroche toi, il n’y en a pas beaucoup, et je ne pourrai t’aider que pour les labos au Canada ou en France)…

2. Faire certifier les résultats par un vétérinaire officiel du gouvernement (c’est un vétérinaire qui travaille au service vétérinaire de ta préfecture, et non ton vétérinaire habituel – cherche la DSV ou la DDPP de ton département). Tu lui ramènes les résultats du titrage des anticorps antirabiques, et lui te remplit alors un document appelé RNATT (Rabies Neutralising Antibody Titre Test Declaration) que tu devras lui fournir. Tu peux le télécharger ici.

  • Attention : le service vétérinaire qui remplira ce document doit se situer dans le pays duquel sera exporté le chien. Je le précise car c’est ce qui a dû se passer pour moi : j’ai fait faire le prélèvement au Canada, analysé aux États-Unis (lol) et validé en France obligatoirement… Pourquoi faire simple, franchement…

3. Faire la demande de permis d’importation auprès du gouvernement australien ($$$). Compte un bon mois pour avoir un retour, et pour être large, je te conseille donc de demander ce permis au moins 2-3 mois avant la date présumée de départ. Je t’assure que ça n’est pas de trop, même si le site du gouvernement te dit de le faire au moins 42 jours avant le départ. Les couilles, ça arrive, et plus souvent que ce qu’on pense… Tu peux le faire toi-même en t’aidant de ce lien ; sinon, je te conseille de faire appel à une entreprise pour le faire à ta place (surtout si ton anglais est moyen et/ou que tu n’as pas le temps de t’en occuper).  J’y reviens à la fin de cet article.

4. Une fois le permis reçu, réserver la quarantaine ($$$$) et faire le nécessaire pour le transport du chien (cage ($$) + billet cargo chez un transporteur agréé ($$$$) : tu l’auras compris en raison du nombre de $, cette étape fait mal au c*l. Le prix de la cage dépend de la taille de ton chien, de même que le prix du transport.

  • À ce jour, la durée de la quarantaine est désormais de 10 jours minimum, soit bien moins longue qu’avant où ça pouvait aller jusqu’à plusieurs mois. Mais le prix de la nuitée, lui, a carrément explosé… ce qui fait un montant scandaleux (je pèse mes mots). (note du 15 mai 2016 : le prix de la nuitée est revenu à la « normale », soit une trentaine de dollars par nuit ; en revanche, il faut ajouter un forfait de base à payer au gouvernement australien, ce qui est appelé « PEQ importation charge » dans le tableau tarifaire. Au final, ça revient au même pour le total de la facture…).
  • À partir de novembre 2015, il ne restera qu’un seul centre de quarantaine en Australie, à Melbourne. D’ailleurs, celui où j’ai laissé Toupie ne reçoit désormais plus que des oiseaux, et c’est un autre centre de quarantaine à Melbourne qui recevra nos chiens et chats désormais (regarde bien le site actualisé du gouvernement australien, parce que toutes ces infos changent assez souvent…).
  • Pour la cage, attention à bien la choisir. Le chien doit être à l’aise dedans, c’est un long voyage quand-même. Voici une cage conforme aux normes internationales, à commander ici en prenant garde de bien sélectionner les dimensions adéquates à ton chien. Même chose que pour tout le reste, les normes changent, donc les cages requises aussi. J’essaie au maximum d’actualiser mon article dès que possible, mais au cas où, vérifie bien que ce que je dis est toujours d’actualité au moment où tu fais les démarches.

5. Réaliser les étapes demandées dans le permis dans l’ordre indiqué. Déjà, il va te falloir comprendre ce qu’on te demande car les informations sont données en anglais, d’une part, et d’autre part, c’est du genre « 45 jours maximum avant le départ mais au moins 21 jours avant l’étape X, faire telle chose »… ; après traduction, et à titre informatif, voici comment je me suis organisée dans les 45 jours avant le départ maxi (sachant que mon départ est aujourd’hui, le 13 octobre) :

  • 1ère visite vétérinaire (j-42) ($$) :

* 1ère déparasitation externe (anti-puces et tiques)

* 1ère déparasitation interne (contre les cestodes et nematodes) ; le vétérinaire le note aux pages correspondantes dans le passeport.

  •  2ème visite vétérinaire (j-18) ($$) :

* prélèvement sanguin du chien pour tester l’ehrlichiose (pour cette maladie, il fallait que le prélèvement sanguin soit fait au moins 21 jours après la déparasitation externe) et la leishmaniose (attention : si ton chien est vacciné contre la leishmaniose, mieux vaut avertir le gouvernement australien avant même la demande de permis d’import ; sinon, ce test sera positif, et ton permis ne sera alors plus valide tel quel, il te faudra faire un autre test avec une demande de dérogation ($$$)). Dans certains cas, d’autres examens ou traitements peuvent être faits sur le chien, en fonction d’où il provient, d’où il a voyagé, de s’il est stérile ou non (brucellose, leptospirose,.. bref, il faut se référer à ce qui est indiqué sur le permis d’import)…

* 2nde déparasitation externe. À faire à cette seconde visite même si en théorie le traitement antiparasitaire externe ne se fait que tous les 30 jours. Mais sinon, il faudra revenir entre cette visite et la dernière afin de réaliser le traitement dans les délais. Le process coûte déjà un bras, si tu peux t’épargner quelques euros, fais-le…

–> attention à ce que le vétérinaire envoie bien les prélèvements à un laboratoire agréé et indique bien les techniques indiquées dans le permis d’import. Si une autre technique est utilisée, le permis n’est plus valide, et il te faudra peut-être faire une demande de dérogation elle aussi coûteuse.

  • 3ème et dernière visite vétérinaire (j-5) ($$) :

* 2nde déparasitation interne (elle doit être faite au moins 14 jours après la première, et dans les 5 jours avant le départ…)

* Établissement du certificat vétérinaire : il s’agit du document « attachement A » du permis d’import. Le vétérinaire remplit soigneusement les parties 1 & 2 (c’est un recap de tout ce qui a été fait sur le chien, vaccinations, traitements, tests et résultats…), et signe et tamponne chaque page.

  • Endossement par le vétérinaire de la DSV/DDPP du département où tu as fait cette dernière visite (j-5). Il te faut ramener le permis d’import (avec le certificat vétérinaire), les résultats de labo (titrage anticorps antirabiques et résultats des tests sanguins effectués dans ces 45 derniers jours), le passeport du chien. Il se peut que tu aies d’autres choses à amener en fonction du cas de ton chien. NB : cette validation se fait dans les 5 jours avant le départ.

6. Aller à l’aéroport avec ton chien, sa cage, et toute sa doc en respectant les demandes de ton transporteur. Je ne détaillerai pas cette partie davantage, étant donné que j’ai fait appel à une entreprise qui m’a aidée du début à la fin dans toutes ces démarches, et notamment dans cette étape du jour J. Et c’est justement l’objet du paragraphe suivant.

Pourquoi faire appel à une entreprise spécialisée ?

En deux mots : tranquillité d’esprit. Parce que, tu l’auras certainement compris, emmener son chien en Australie relève d’un véritable parcours du combattant. C’est une démarche complexe que cette entreprise rend un peu moins compliquée. Tu es de toute façon obligé de passer par ce genre d’entreprises pour le billet d’avion du chien. Alors tant qu’à faire de payer cher, je préfère payer encore un poil plus cher pour être sûre de faire tout correctement et de ne pas me retrouver bloquée à un moment ou un autre (on criera victoire quand on aura récupéré notre Toupie à la quarantaine de Melbourne en pleine forme !).

Pour ma part, je suis passée par Goldenway International Pets. La personne qui s’est occupée de mon dossier a été d’un professionnalisme et d’une réactivité exemplaires jusqu’à maintenant. Je suis d’une nature très anxieuse, et d’être accompagnée pour avoir la certitude que ma Toupie pourrait me suivre était un gros soulagement, même si on a eu de sacrées frayeurs. À 10 jours du départ, il nous a fallu faire une demande de dérogation car Toupie ne correspondait plus aux critères d’importation cités dans son permis d’import à cause d’un vaccin (celui contre la leishmaniose… j’y reviendrai dans le second article sur les démarches à faire pour emmener son chien en Australie) ; j’aurais été bien incapable de faire ça toute seule dans les temps… Bref, problème réglé, mais jusqu’à il y a quelques jours, nous n’étions plus certains de pouvoir emmener Toupie avec nous…

Quels ont été ses rôles dans mon cas ?

  • Vu que je n’étais pas dans le pays d’export (France) pour tout le début de la procédure, c’est elle qui a fait faire le RNATT ($$).
  • Demande du permis d’import ($$$)
  • Intermédiaire plutôt très efficace entre le ministère de l’agriculture d’Australie et moi.
  • Réservation du transport de Toupie (d’autant qu’elle ne peut pas passer n’importe où, ni dans n’importe quelles conditions)
  • Prise en charge de Toupie au départ et organisation de la prise en charge à l’escale : ce matin, j’avais donc rdv avec cette entreprise pour laisser Toupie avec sa cage et toute sa paperasse tamponnée. C’est ensuite cette entreprise qui a géré toutes les démarches à l’aéroport, soit la visite vétérinaire et l’enregistrement.
  • Demande de dérogation pour le permis d’import…

Bref, je ne regrette absolument pas mon choix, et c’était d’ailleurs le seul transporteur agréé qui acceptait de s’occuper de mon cas très particulier. Prochaine étape : attendre de savoir que Toupie est bien arrivée à Melbourne et voir comment se déroule sa quarantaine… en espérant qu’il ne faille pas rajouter de $$$ à toute cette histoire !

Un nom à ne pas oublier

Conclusion

Patience et finances sont de rigueur pour pouvoir emmener son chien en Australie. Mais c’est possible, et si tu comptes t’installer sur du long terme là-bas, ça vaut le coup. Si tu n’y vas que dans le cadre d’un WHV d’un an sans intention de rester plus longtemps là-bas, j’aurais tendance à te conseiller d’attendre de voir ce que tu comptes faire avant d’entamer ces démarches longues et coûteuses, qui te coûteront aussi un bras dans le sens du retour. Dans tous les cas, je me tiens à disposition pour répondre à toutes les questions sur le sujet… Je suis au point sur le sujet là ! 🙂

Tu trouveras la suite des étapes (c’est-à-dire ce qu’il se passe le jour du départ et à l’arrivée en Australie) dans cet article.

***

Suis-moi sur Instagram et Facebook !

17 réflexions sur “Emmener son chien de France en Australie (I)

    • On fait de notre mieux avec les moyens du bord ! Cette histoire m’aura valu quelques nuits d’insomnies quand-même ! 🙂 J’attends de ses nouvelles avec impatience, au moins savoir qu’elle est bien arrivée.

      Aimé par 1 personne

  1. Super résumé !!! Explication claire et précise, j’ai commencé à lire par curiosité simplement (je savais que l’Australie était assez chiant pour ça) ben au moins j’ai une idée plus précise ! Merci bien 😉
    Enfin, le plus important, j’écris ce message, nous sommes le 19.10.15, alors qu’en ai-t’il de Toupie ??? Des nouvelles ? Toujours en quarantaine ?
    Et j’espère qu’elle n’aura pas trop tourné en rond dans sa cage…. (pardon je me devais un jeux de mots..)

    Sinon, tu semble être déjà passé par l’Australie mais si t’a besoin de qq conseil (j’suis ici depuis plus d’1 an) mais bon tu as l’air calé sur le sujet, enfin voilà n’hésite pas 😉

    Et si jamais vous êtes de passage à Perth à l’avenir faites signe que j’ai le point de vue de Toupie directement (je parle couramment chien)

    J'aime

  2. Bonne nouvelle pour Toupie et ses maîtres ; -)
    Jai commencé à suivre ton blog car l’Australie est aussi un « rêve » de gamine.
    J’aimerais tenter l’aventure après un diplôme en communication d’ici un an et demi et comme toi j’ai un toutou.
    Tes infos sont vraiment top, c’est ce dont on a besoin quand on « rêve » l’Australie et qu’on ose pas se lancer car on la croit inaccessible, en plus de votre périple, histoire.
    Merci pour ce blog 🙂

    J'aime

    • De rien 🙂 J’espère que mes infos resteront grossomodo valables d’ici ton départ, ça change très vite… !

      Puisque tu me dis que l’Australie est un rêve d’enfance, je te suggère de lire « Johanna », mon premier roman. Une mignonne histoire d’une française qui part là-bas et qui va vivre des rêves qu’elle n’aurait jamais cru possibles… 😉 Tu peux te le procurer ici, il est en promo en ce moment (désolée pour le coup de pub, mais j’ai fait le lien direct 🙂 ) : http://www.lulu.com/shop/jenny-v-coville/johanna/paperback/product-22211138.html

      Tu constateras que j’intercalerai de temps en temps des articles sur d’autres pays (notamment ceux où j,ai vécu), mais en effet, désormais je parlerai essentiellement de notre expérience sur place 🙂

      J'aime

  3. Salut, ton article pour ramener son chien et vraiment bien est complet pour tout savoir mais comment tu fesait la bas avec un chien ? Est ce que ça ta poser des barrières pour faire certaine chose? Parce que j’ai lu que la bas beaucoup d’endroit son interdit au chien.. et pour trouver un logement ?
    Merci, j’espère que toupie va bien. Et profit bien

    J'aime

    • Hello 🙂

      Eh bien écoute, je vis tout à fait normalement 🙂 J’emmène même ma chienne partout, même dans le CBD de Sydney, où certaines vendeuses tombent tellement sous le charme de ma pepette qu’elles la font rentrer dans leurs boutiques (c’est globalement interdit d aller dans les boutiques avec son chien). Pour les bars, restos, il suffit d aller en terrasse, et aucun souci. Perso, je vais habiter un peu à l’écart du centre, vers Manly (proche plage), c est juste top quand tu as un chien.
      Pour les logements, c est vrai que c est pas simple, peu de logements acceptent, mais il suffit juste d envoyer plus de demandes que nécessaire, avoir des références concernant son chien et cest bon. Pour ma part, j’ai même fait du HelpX et campervan avec ma chienne lol. Et j ai trouvé une coloc qui accepte (en espérant qu’il ne me fasse pas faux bond, c’est pour lundi prochain!).

      Après, je suis habituée aux barrières, j’ai vécu au Portugal et au Canada qui sont pas du tout du tout pet friendly (certainement moins qu’en Australie). Mais même sans ça, je pense qu’il n’y a rien d’insurmontable, et d’après ce que j’ai lu récemment, les choses sont en train de changer. Le seul truc, mais c’est pareil dans n’importe quel endroit où tu iras, c est de pouvoir t organiser si tu pars en vacances sans lui…

      N’hésite pas si tu as d’autres questions ; tu peux également me contacter en privé si tu le souhaites : myglobestory@outlook.com

      J'aime

  4. Bonjour bonjour,
    Mon nom est Margot. Je suis partie il y a plus d’un an en Australie en Whv. Aujourd’hui je pense m’installer avec mon fiancé en trouvant un sponsor. Mon chien Waska me manque terriblement etmême si ma famille s’occupe bien de lui je compte le ramener dans le futur. J’aurais quelques questions à te poser par email si cela te convient car j’ai beaucoup aimé ton article et un peu d’aide serait la bienvenue. Merci par avance et bonjour à toupie, la grande voyageuse.

    J'aime

  5. Bonjour,
    Merci pour ce super article qui résume bien le parcours que c’est! Je pars dans quelques mois m’installer définitivement et je vis la même chose pour mon chat. Sauf que maintenant plus qu’une seule quarantaine à Melbourne et je vais vivre à Perth. Galère.. Je fais aussi des devis de sociétés de transport animalier, prix variables en fonctionnes services qu’ils rendent… Entre véto, papiers officiels, cage, transport et quarantaine, combien as tu payé au total?
    Car je ne sais pas si ça vaut le coup que je fasse tout toute seule au final ça revient aussi cher que de faire appel au prestataire! Des conseils?
    Merci par avance, et j’espère que tout se passe pour le mieux pour toi 🙂

    J'aime

    • Bonjour,

      Je ne peux pas vraiment répondre à cette question, étant donné que j’ai fait la procédure pour un chien et non un chat (et les prix diffèrent selon l’animal, puis selon sa taille, etc…), et en plus, j’ai fait la procédure à cheval sur deux pays, ce qui m’a coûté plus que ce que ça aurait dû. Ça serait trompeur… Je pourrais éventuellement te donner une idée approximative si tu le souhaites, car certaines procédures te coûteront exactement la même chose ; je t’invite alors à me contacter directement via myglobestory@outlook.com 😉
      Quant au fait de faire les démarches seule, je ne t’y encourage pas. Non pas que ce soit impossible, mais tu n’es pas totalement à l’aise avec les termes vétérinaires en anglais, et/ou s’il y a le moindre problème avec le cas de ton chas au niveau administratif comme ça a été le cas pour ma chienne, tu seras bien contente d’être passée par un prestataire qui fera la traduction de tout, l’intermédiaire entre toi et le gouvernement australien, et qui t’épaulera vraiment bien si merdouille il y a. Ça serait à refaire, je n’hésiterai pas une seconde à faire appel au même prestataire ! N’hésite pas à me contacter en direct ; et sinon, je te souhaite bon courage dans ces démarches !

      J'aime

  6. Bonjour, j’ai comme projet de partir en Australie d’ici un an pour m’installer définitivement là-bas ( si cst possible bnsur), ma seule famille ce sont les 2 chiens, une croisé berger de taille moyenne qui fête ces 12 ans et deviens aveugle mais avec une pêche d’enfer, et un croisé loup de saarloos de 70kg qui n’as que 1 an, je me bois en aucun cas partir sans eux et votre article propose bcp de solutions. Pour l’instant j’ai pas de date de départ précise mais je n’hésiterais pas à vous demander plus de conseils 😊
    En vous remerciant

    J'aime

  7. Pingback: Voyager avec un animal combien ça coûte? | The Tropical Dog

  8. Pingback: Voyager avec un animal combien ça coûte? | The Tropical Dog

Ton commentaire est bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s