Se loger en Australie

De manière générale, ce n’est pas la place qui manque pour se loger ! Par contre, si on veut être près des grandes villes comme Sydney ou Melbourne, il faut des sous, car c’est excessivement cher, et je pèse mes mots. De ce fait, et parce que beaucoup de garanties sont demandées, beaucoup optent pour la solution de la colocation, à commencer par les australiens eux-mêmes. Dans cet article, je te présente les différentes options de logement les plus fréquentes ici.

La colocation

Comme je le disais ci-dessus, c’est extrêmement répandu. Beaucoup d’australiens louent une partie de leur habitat si celui-ci n’est pas occupé, ou afin d’accéder à la maison de leurs rêves, ils proposent de partager le loyer avec plusieurs personnes. Il n’est pas rare de voir des maisons avec 7-8 chambres, habitées uniquement par des gens en colocation. Et je me répète, il n’y a pas que les étrangers qui choisissent ce type d’hébergements, beaucoup d’australiens y ont recours aussi pour baisser la facture immobilier.

Quelques pistes pour trouver la colocation idéale :

  • les groupes dédiés sur Facebook : il y a des groupes de colocation dans plusieurs grandes villes, et des annonces régulières sont postées. Ne pas négliger les communautés de type « Français à Sydney » ou « Españoles en Sydney » (ou ailleurs), si tu sais que tu veux absolument faire coloc avec des français, des espagnols, ou je ne sais quoi.
  • le site Gumtree : c’est le Bon Coin local, donc on trouve de tout et n’importe quoi. Dans la section Realestate, puis Flatshare & Houseshare, de nombreuses annonces sont listées. Inutile de contacter les annonceurs par mail sur ce site, aucun ne répond (peut-être qu’aucun … Les numéros de téléphone semblent mieux passer !
  • le site Flatmates : là aussi, pas mal d’annonces, mais ce ne sont quasiment que des annonces de colocation. On y trouve aussi les profils de personnes qui recherchent une place dans une colocation, ou veulent en former une nouvelle. Le site est gratuit, mais pour contacter certaines personnes, il faut un compte payant, et ces personnes-là sont assez nombreuses… Donc autant payer.
  • les annonces dans les auberges de jeunesse : les auberges de jeunesse sont peuplées de personnes venant d’arriver, ou pour faire le lien entre deux expériences, ou parce qu’ils n’ont nulle part ailleurs où aller. Sauf que les auberges de jeunesse en Australie, ce n’est pas le tarif bas hein, la facture devient vite salée… Du coup, pas mal de personnes cherchent au sein même de cette auberge à trouver leurs futurs colocataires ; de même, ceux qui sont déjà en coloc passent parfois déposer des annonces dans ces auberges afin de proposer une place qui vient de/qui va se libérer chez eux.

Les logements individuels

Si, comme nous, tu viens en WHV, donc sans forcément de travail dès le début, ça va t’être compliqué de trouver un logement individuel. C’est faisable hein, mais il va te falloir sortir une grosse somme pour compenser l’absence de garanties. Dans la majorité des cas, une inspection est fixée à une date et heure précises. Il suffit de te rendre au rendez-vous, de jeter un oeil, et de déposer ta candidature pour ce logement s’il t’intéresse. Il faut savoir que pour cette inspection, tu ne seras pas seul. Nan. C’est une visite collective. Toutefois, certains autres logements se visitent sur rendez-vous individuel, ou même parmi ces logements avec visite collective, tu peux demander à le voir en dehors de l’heure d’inspection. Ce ne sera pas toujours accepté, mais ici, il faut demander pour tout.

Quelques pistes pour le logement idéal : 

Le HelpX/Wwoofing :

Ça te dit quelque chose ? Normaaaaal, j’en ai parlé dans un article précédent ! Je vois que tu suis, c’est bien… 😉 En gros, tu es logé, souvent nourri et blanchi, et en contrepartie, tu fais ce qu’on te dit de faire lol. En principe, c’est pour réaliser des tâches telles que du jardinage (souvent), du ménage, de la cuisine, des travaux, s’occuper de gamins, faire des courses, tenir compagnie à la grand-mère (ou au grand-père)… La majorité des hôtes font travailler 4-5h par jour, sur 5 jours. Mais le planning dépend vraiment de chaque famille. Le wwoof est davantage axé sur le travail en ferme, alors qu’en HelpExchange, tu pourras trouver une plus grande variété de missions et de localisations, pas forcément en campagne.

Bourrache

Le campervan :

Si tu as envie de liberté, que tu n’as pas besoin d’un grand espace pour dormir, et qu’être crado pendant plusieurs jours d’affilée ne te fait pas peur, le campervan est fait pour toi ! Ça coûte assez cher à l’achat, et il y a souvent déjà beaucoup de kms au compteur, mais au moins, tu es LIBRE. Enfin… pas tant que ça, puisque, en théorie, tu ne peux pas poser ton campervan n’importe où pour dormir (en théorie hein… parce qu’on l’a fait ya deux ans, et on n’a jamais eu aucun souci… et là encore, pour venir de Melbourne à Sydney, on a dormi où on avait envie de dormir, et basta). C’est évidemment le bon plan si tu ne comptes pas rester très longtemps dans une ville, et c’est toujours un bon plan si tu comptes quand-même t’installer, et avoir ton propre campervan pour faire des virées le week-end à gauche et à droite (oui, je suis en train de dire que quand on aura des sous, on achètera notre campervan à nous! Toupie kiffe, en plus, alors c’est parfait…)

Les auberges de jeunesse

Comme brièvement mentionné, beaucoup passent par les auberges de jeunesse, soit pour leur arrivée, soit en entre-deux. Nombreux sont ceux qui font le choix d’y rester sur du long terme. L’avantage est que les prix sont dégressifs pour du long terme (ça n’est pas vrai partout hélas), et que ça permet de rencontrer des gens des 4 coins du monde rapidement. Inconvénient : pour faire baisser la facture, il faut choisir la case « chambre partagée ». Et tu te retrouves alors avec 2, 3, 4 voire plus… personnes avec toi. Aussi sociable peut-on être, on a tous besoin de son espace au bout d’un moment, et clairement, cet espace, il est difficile à avoir en auberge. J’en viens donc à penser que c’est une solution assez temporaire. Toutefois, il existe la solution du donnant-donnant, tel HelpX. Tu peux ainsi avoir une chambre individuelle (voire pour un couple) en échange de quelques heures de travail par jour pour le compte de cette auberge (accueil, nettoyage, etc). Ça ne marche pas avec les chiens (ou très rarement…), donc clairement, on n’aura pas l’occasion de passer par cette case qu’on a maintes fois expérimentée dans nos très nombreux voyages. Pour trouver une auberge, rendez-vous sur les sites tels que Hostels.com ou Hostelworld.com. Tu trouveras à peu près la même chose sur les deux sites, mais ça permet de comparer !

Et nous alors ?

Depuis quasiment un mois qu’on est arrivés, on varie les hébergements, par choix, mais pas que… D’abord 4 jours à squatter chez les cousins à Melbourne, puis 3 semaines en HelpX dans une ferme à 1h de Melbourne, puis un week-end en campervan, puis maintenant en AirBnB depuis 5 jours dans une maison de rêve dans un quartier de rêve près de Sydney. Demain, on file dans une autre famille en HelpX (qu’on a trouvée grâce à notre première famille – merci à elle!) près de Sydney, pendant 2 semaines au moins. Et ensuite, en théorie, on démarre une colocation avec un australien de nouveau à Manly.

Vue de la terrasse de notre Air BnB

Pourquoi tout ce bazar ? Bon, déjà, parce qu’on le veut (vaut?) bien. Mais aussi, parce qu’on a « choisi » la version « on fait dans le compliqué ». C’est-à-dire qu’on est venus en Australie en ayant déjà 30 ans (eh ouais, parfois un critère non accepté pour une coloc lol), en couple marié, sans travail, et – cerise sur le gâteau – avec un chien (les australiens adorent les animaux… ouais… mais pas les proprios!) ! Pfiou, ça fait beaucoup listé comme ça. Du coup, on a tendance à se jeter sur la première occasion d’avoir un toit au-dessus de nos têtes ! Normalement, on devait rester un peu plus à Melbourne, et ne venir à Sydney (encore plus cher) qu’une fois qu’on aurait trouvé une famille en HelpX. À un moment, on avait 2 familles sur qui compter avec quasi certitude. Il ne manquait que la confirmation. Mais nous, nan, on n’a pas attendu la confirmation, au cas où… Les deux familles avaient l’air tellement confiantes ! Donc on a réservé notre trajet pour Sydney. Et là, les deux familles ont finalement changé d’avis, l’une parce que son proprio n’était pas ok pour qu’elle héberge un chien, aussi mignon celui-ci soit-il, et l’autre, elle a juste changé d’avis comme ça. Donc en gros, on allait sur Sydney, mais sans aucun logement à l’arrivée… Après des centaines de messages envoyés, une majorité sans réponse, et une autre partie négative à cause du chien, on a fini par s’assurer un AirBnb à l’arrivée, pour juste 5 jours. On a bien fait car ça part comme des petits pains, surtout dans le quartier où on est. Et grâce au réseau de notre première famille, on a pu trouver une famille intéressée pour nous héberger quelques semaines sur Sydney pour la suite. Puis 3 possibilités de colocation se sont offertes à nous pour après ce HelpX, et ce, malgré la chienne. Voilà pour la petite histoire qui nous aura valu quelques longues heures de stress à chercher quelque chose qui convienne !

***

Suis-moi sur Instagram et Facebook !

Ton commentaire est bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s