Travailler à Monaco

Dans mon parcours, j’ai eu la chance de bosser un peu dans une entreprise basée à Monaco. Depuis toute gamine, je rêvais de Côte d’Azur mais je n’étais que rarement allée plus loin que la Vendée (en habitant dans le Maine-et-Loire) ; mon rêve allait enfin prendre vie… Et alors, à quoi ça ressemble de bosser à Monaco ? Je te dis tout maintenant.

Petit rappel sur Monaco

La principauté de Monaco est située sur le littoral des Alpes-Maritimes, entre Cap d’Ail et Roquebrune. Elle est dirigée depuis une dizaine d’années par le Prince Albert II de Monaco, de la famille Grimaldi, une des plus anciennes dynasties régnantes au monde. Monaco est un des plus petits États au monde, avec à peine plus de 2 kilomètres carrés de surface. Pratique pour se balader à pied !

Monaco

Travailler sur Monaco, en pratique

Le travail

Décrocher un emploi sur Monaco n’est pas la chose la plus simple au monde ; la Principauté pratique la préférence nationale, donc les Monégasques passent d’abord. Parmi les prioritaires, il y a aussi les habitants des communes limitrophes… Bref, bien du monde à passer avant toi !
Sauf que… bah tout le monde n’a pas forcément envie de bosser à Monaco non plus, donc il reste encore un peu de place pour toi qui viens d’ailleurs 😉 En fait, je me suis même demandé s’il y avait beaucoup de Monégasques qui bossaient en constatant le nombre de personnes à venir de l’extérieur sur place tous les jours.
En tout cas, de nombreuses entreprises de tous les domaines ont eu la bonne idée de s’implanter là. Et en dehors de cette histoire de préférence nationale, il n’y a pas vraiment de restrictions pour aller y bosser quand on est français.

Alors, ça se tente… 😉

Côté salaires, je ne parlerai pas de quelque chose que je ne connais pas… Je n’avais qu’une indemnité de stage, mais qui compte tenu du montant, me laisse penser que les salaires sont plus élevés aussi (c’est ce qu’on dit en tout cas). PS : la monnaie est l’euro aussi 😉

Le logement

Bon, clairement, si tu décroches un boulot sur la Principauté, oublie direct le fait de vivre sur place (sauf si tu as l’option d’être logé à titre gratuit sur place, ce qui m’étonnerait fortement!). Les logements sont juste hors de prix, inabordables, et de toute façon prioritairement réservés aux Monégasques (ou à ceux qui ont de l’argent, devrais-je dire…BEAUCOUP d’argent…). En général, les personnes qui bossent à Monaco vivent plutôt dans les communes aux alentours, jusqu’en Italie à l’Est, et jusqu’à Antibes à l’Ouest (ça commence à faire une trotte). Plus tu t’éloignes, plus c’est abordable ; enfin… c’est relatif hein, parce que tout ça, ça reste la Côte d’Azur, et la Côte d’Azur, c’est cher… très cher ! Les prix sont moins élevés si tu choisis plutôt d’habiter du côté Est de Monaco, de Menton jusqu’à Vintimiglia en Italie.

Pour ma part, j’avais opté pour l’option colocation à Nice qui me coûtait environ 400 euros/mois pour une chambre de 9m carrés dans une colocation de 5 (parfois 8…) à 100m de la promenade des anglais. En fait, sauf si tu as beaucoup de garanties, c’est quasi impossible d’avoir ton logement à toi à Nice (ou il faut acheter), et beaucoup font de la colocation, à tout âge (mais surtout les jeunes).

Port de Nice

Le coût de la vie

Comme toujours, je ne vais parler que de ce que je connais…

Le logement étant un poste de dépenses important, je vais te résumer les choses de la façon suivante : tu as le choix entre un coût de vie inabordable à Monaco, ou un coût de vie très très élevé sur le reste de la Côte d’Azur ! Mais ça serait assez réducteur de se contenter de dire ça.

Un autre poste de grosse importance là-bas, c’est la voiture… Les parkings sont très chers, sans compter l’essence, que ce soit sur Monaco ou sur Nice, et tu tournes parfois assez longtemps avant de trouver de la place à proximité de là où tu es censé(e) aller. Au final, j’ai fini par me débarrasser de mon véhicule et de le ramener chez ma mère !

Côté nourriture, je faisais mes courses très régulièrement dans un supermarché de Monaco, quelques fois à Nice, et je ne dépensais pas tellement plus que d’habitude.

En termes de sorties, pareil ; faut-il encore bien sélectionner ses lieux de sorties ! Les restos m’ont semblé plus chers, mais c’était aussi lié au fait que j’y étais en pleine période estivale.

Le transport

Admettons que tu fasses comme une bonne partie des travailleurs de Monaco = que tu habites en dehors de Monaco, eh bien tu feras comme une majorité d’entre eux = tu prendras les transports en commun pour venir sur Monaco tous les jours !
Plusieurs motifs à cela :
– les parkings sont super chers sur place ; mais si ton entreprise a un parking privé ou que tu as le parking pris en charge sur place, pourquoi pas ;
– le carburant est cher aussi ;
– venir en voiture est emmerdant plutôt qu’autre chose. Aux heures de pointe, les routes menant à Monaco sont saturées de chez saturées…
– sauf si tu as une Porsche, ou une Ferrari, ou « juste »un gros SUV tout clinquant de chez BMW ou Audi, tu te sentiras bien ridicule au volant de ta titine…
– l’abonnement de train pour venir sur Monaco tous les jours est pas cher du tout… et le train, bien que souvent surchargé de monde, est sympa : il longe la côte et te permet d’admirer ces magnifiques paysages.
Bref, pas de voiture, train, vraiment 🙂

Pour la petite anecdote, mon premier jour de travail, je suis allée à Monaco en voiture. J’avais à l’époque une petite Peugeot 106 blanche, bien entretenue, toute mimie. Mais je me suis sentie bien ridicule en arrivant sur la Principauté, au milieu de toutes ces Porsche (la Clio du coin, on dirait…), des Ferrari, Maserati, Lamborghini, et j’en passe… et j’ai surtout payé la peau du derrière pour stationner toute la journée sur place. Bref, je ne l’ai pas refait deux fois ! 😀 Et quand j’ai découvert la beauté des paysages qu’on traversait avec le train, et que j’avais le temps d’admirer, je n’avais de toute façon plus du tout envie de reprendre ma voiture.

La Mediterrannée

L’ambiance

C’est comme partout, il y a des bonnes boites, et des moins bonnes ; des bonnes ambiances, et des moins bonnes. Je suis de cette catégorie de personnes qui vivent un peu dans un monde de bisounours, et qui s’imaginent que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Donc si mal il y a eu, je ne l’ai pas vu, alors que tout le monde m’avait prévenue que c’était un monde d’hypocrisie et de mesquineries. Ah si, peut-être que je l’ai parfois senti, car je travaillais dans une entreprise avec 90% de filles… et c’est vrai que le regard de certaines sur moi était quelquefois extrêmement pesant, mais ce n’est pas lié à Monaco, c’est lié aux problèmes que beaucoup de filles semblent avoir (= la non-acceptation de l’existence des autres individus de sexe féminin 😀 ).

Il est vrai aussi qu’il y a un côté assez superficiel et matérialiste qui règne là-bas, comme si une personne se définissait par ses appartenances et non par qui elle est vraiment. Je me souviens d’un gars qui, voyant que je ne réagissais pas à ses techniques de drague pourries, m’a sorti en recours ultime : « et en plus, j’ai une Porsche! ». LOL. À croire qu’il était habitué aux gonzesses justement intéressées par ce genre d’arguments… ! Puis, parfois, étant donné que moi je suis pas du tout branchée marques, luxe et claquage d’argent dans des trucs qui ne servent à rien, bah je me sentais mise de côté dans certaines discussions, certaines situations…

Yacht sous le Palais princier

En dehors de ça, j’ai trouvé assez facile d’aborder les gens, et j’ai apprécié discuter avec les commerçants du coin ; au bout de 3 mois, je commençais à avoir mes petites habitudes sur place, et ma tête faisait aussi partie du paysage local…

En conclusion…

Personnellement, je retiens 3 choses super positives au fait de travailler sur place

  • le trajet en train qui offre une fantastique vue sur la mer ; c’est mieux de focaliser là-dessus plutôt que sur le fait que ce train soit souvent surchargé de personnes 😉
  • la sécurité sur place : on se sent en sécurité à Monaco, et ça fait un certain contraste en arrivant de Nice où j’avais tendance à me faire lourdement emmerder à tous les coins de rue…
  • il fait beau quasi tous les jours (300 jours par an…) ! Et ça, c’est tellement bon pour le moral, la motivation, etc…!

Quant à ce qui m’a le plus gêné, c’est vraiment ce côté too much, tout axé sur l’argent, sur le matériel… Tout le monde n’est pas comme ça, et heureusement 😉

Si tu as une opportunité là-bas, pèse bien le pour et le contre, surtout financièrement parlant. Mais je ne pourrais que t’encourager à vivre cette expérience, car je pars du principe que toute expérience est bonne à vivre, surtout quand il s’agit de vivre dans un nouvel endroit 🙂

***

Suis-moi sur Instagram et Facebook !

2 réflexions sur “Travailler à Monaco

  1. Bonjour,
    Ton article m’a plus qu’ intéressée dans la mesure ou j’ai été contactée pour un poste sur Monaco et j’ai vite déchanté quand j’ai pensé à la question du logement : Monaco même pas en rêves, Nice cher aussi surtout que je suis de Strasbourg….🙁

    J'aime

Ton commentaire est bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s