Australie, le bilan des 2 ans

15 octobre 2015. C’est la date à laquelle nous atterrissions en Australie pour nous y installer, il y a deux ans de ça. J’aime bien dresser un bilan personnel lorsqu’un anniversaire de ce type se présente ; confronter la réalité à l’image véhiculée du pays, ou encore établir la liste de ce qu’on a aimé versus ce qu’on a moins aimé, oblige à prendre un certain recul que je trouve intéressant pour ensuite mieux avancer. Forcément, mon ressenti se base sur la comparaison avec les différents autres pays où j’ai vécu, et pas seulement la France, ce qui fait que tu ne te retrouveras peut-être pas dans tout ce que je dis (n’hésite pas à commenter pour faire part de ton avis !). Voici en tout cas ce qui me vient spontanément en tête.

Ces p’tits trucs qu’on a bien aimés

La sécurité avant tout
Nombreuses sont les personnes qui te diront qu’ici, en Australie, on se sent en sécurité. Il y a plein de choses qu’on se permet de faire ici que jamais ô grand jamais on ne ferait ailleurs ! C’est vrai, et c’est un soulagement pour certains arrivant de pays moins sécuritaires. De plus, bien que présente, la menace terroriste semble pas trop mal gérée, ce qui est rassurant aussi. Par contre, on a la Corée du nord qui menace ici… Bon, on peut pas tout avoir hein !

Un pays multiculturel !
Parfois, quand je prends le bus, j’entends une multitude de langues parlées, sauf l’anglais… Pratique quand tu veux apprendre ou pratiquer une langue (autre que l’anglais!) ! Tu trouves vraiment de toutes les nationalités, mais je pointerais particulièrement du doigt les brésiliens, puisqu’ils sont prédominants dans mon quartier 🙂 Je ne mentionne plus mon amour pour le Brésil hein 😉 … Le pays entier semblait avoir migré ici tant ils sont nombreux ! Partout où je vais, j’entends parler portugais. Ils sont partout, près des plages, des barbecues, en ville, en campagne… Et ça n’est pas pour me déplaire du tout, bien au contraire ! Ça me donne cette sensation étrange d’être « à la maison ». Et surtout, ça me permet de continuer à pratiquer facilement 🙂

Vivre à la plage tout en étant dans une grande ville
Peu de villes au monde offrent cette chance, et Sydney nous a charmés entre autres pour cette raison. À l’heure actuelle, nous sommes à 10 minutes à pied de la plage, et 30 minutes du centre en voiture, centre auquel on n’a même pas besoin d’aller à vrai dire, puisqu’il y a absolument tout ce qu’il faut dans notre quartier.

L’Australie, plus pet friendly que le Canada
Quand tu voyages avec ton animal, tu as aussi des critères le concernant. Le Canada n’était pas du tout pet friendly, alors qu’ici, je trouve ça un peu plus relax, peut-être aussi parce que nous vivons près de la plage et que tout est plus détendu en bord de mer qu’en ville ! En tout cas, avec tout ce qu’on avait lu auparavant, on craignait de vraiment galérer, et ça s’est avéré plus facile que prévu. Puis notre Toupie a une telle bonne tête que ça facilite les choses aussi 🙂

Ma Toupie

Non tu ne rencontres pas des animaux mortels à tous les coins de rue !
Avant de venir, tu te renseignes, tu t’inscris à différents forums en ligne, à des groupes Facebook de français installés ou de passage en Australie, etc. Et partout, tu auras droit à des photos et vidéos de bestioles toutes plus flippantes les unes que les autres (araignées et serpents principalement), ce qui te donne presque l’impression que tu ne pourras même pas aller pisser tranquille. Je te rassure de suite, tu n’en vois pas partout non plus hein ! Quand tu habites en ville ou aux abords des villes, tu as quand-même vachement moins de risques que ceux qui vivent en campagne (ceux qui viennent ici faire du fruit picking par exemple !), même si ce n’est pas rare d’en croiser (faut-il savoir où elles se cachent 😉 ).Certes, l’Australie rassemble le plus grand nombre d’espèces animales dangereuses, mais elle en a aussi tout plein qui ont de sacrées bonnes bouilles : cacatoès, koalas, kangourous, quokkas…

Anglosaxons, mais pas trop
Je n’ai rien contre les anglosaxons hein, pas de malentendu ! Juste, un truc que j’ai remarqué en comparaison avec les latinos, c’est que les anglosaxons, ils respectent les règles… à la lettre, même si la règle est stupide… et pire encore, ils dénoncent s’ils voient quelqu’un ne pas les respecter ! C’est du moins ce que j’avais noté au Canada après 4 ans dans des pays latinos où tout se négocie, se discute, etc… Je m’attendais donc à retrouver ça ici, en Australie. La culture anglosaxonne est bel et bien présente, heureusement, mais cet aspect n’est pas aussi prononcé qu’au Canada par exemple. Peut-être est-ce dû à la mixité culturelle d’ici, ou l’ambiance plage, je ne sais pas, mais je trouve que c’est un peu moins rigide à ce niveau et que ça fait davantage appel au bon sens.
Après, soyons honnêtes, des pays où il y a des règles que tout le monde respecte, c’est ça qui fait que le pays fonctionne relativement bien, et pour le coup, Canada comme Australie en sont de beaux exemples !

Un climat agréable
Le climat ici (je parle de Sydney uniquement), c’est pas du tout ce que j’imaginais ! Je croyais qu’il faisait tout le temps beau et et très chaud… Eh bien figure toi que ça n’est pas vraiment le cas. Il y a bien des saisons ici à Sydney, avec des hivers aux soirées – parfois journées – vraiment fraîches (autour de 10 degrés quoi, mais t’as une sensation thermique vachement plus basse que ça) et des étés longs et vite caniculaires. Toutefois, ça n’est pas désagréable. Crever de chaud toute l’année, c’est quand même pas cool… ni pour soi, ni pour la nature, alors une petite coupure « fraîcheur », c’est plutôt bienvenu ! Et très franchement, quand il fait soleil en pleine journée en hiver, tu peux facilement t’installer en terrasse le temps d’un petit verre, parfois même en t-shirt, et ça arrive hyper souvent ! En ça, je trouve ça plutôt agréable de ne pas avoir à multiplier les couches de vêtements sur soi !

Les profils atypiques sont bienvenus
Mon parcours n’est pas très conventionnel, et alors qu’il fait facilement l’objet de critiques en France (notamment par les sévères recruteurs), il est ici apprécié et applaudi, ça fait plaisir de ne pas se sentir pointée du doigt comme si j’étais un intrus de la société… Et ici (et c’était pareil au Canada), tes échecs sont ta force 😉

L’influence asiatique
Ça en gonfle certains, moi j’aime bien, notamment en ce qui concerne la gastronomie ! La cuisine australienne étant… inexistante (j’ai pas d’autres mots), c’est cool de trouver tout un tas de mets thaïlandais, indiens, vietnamiens, japonais, etc.. pour vraiment pas cher ! Je suis devenue une adepte 🙂

Les trucs qu’on a moins aimés

Le coût de vie qui fait mal au derrière
Alors ok, les salaires vont avec… oui, mais t’as pas plus à la fin du mois vu que tout est plus cher ! Ça bride pour faire pas mal de choses, mine de rien…

Tout est payant
Outre le fait que tout soit cher, tout est payant ! Bah oui, tant qu’à faire… Ah heureusement, l’accès à la plage n’est pas payant (pas encore)…

C’est loiiiiiin  ! 
Remarque qui peut te sembler totalement stupide, dans le sens où tout le monde sait que l’Australie, c’est de l’autre côté du globe par rapport à la France. Oui, mais vraiment, il faut être venu pour se rendre compte à quel point c’est loin, à quel point le décalage horaire est parfois casse-pieds à gérer pour pouvoir maintenir un contact avec la France, il faut être venu pour se rendre compte à quel point le trajet est looooooong (surtout quand tu passes par Dubaï et que tu as donc un vol qui met…. 14h entre Dubaï et Sydney ! Oui, 14h……….), il faut être venu pour se rendre compte que retourner en France une fois par an, ça va s’avérer compliqué logistiquement et financièrement parlant…

C’est graaaaaand ! 
On n’a rien appris de ce côté-là non plus, c’est juste qu’on ne réalisait pas vraiment l’ampleur de la chose et comment ça allait nous impacter. Tu sais qu’on aime voyager, découvrir des choses nouvelles, et le truc, c’est qu’ici, avant d’avoir un changement de paysage par exemple, il faut rouler des heures et des heures. Donc autant prendre l’avion. Sauf que comme les distances sont super grandes, eh bien tu payes cher ton trajet en avion, on en revient toujours à la même chose…

L’absence de vieux bâtiments 
En soi, l’architecture et les vieux bâtiments n’est pas quelque chose qui me passionne. Mais maintenant que nous sommes dans un endroit où il n’y a pas ça, eh bien on se rend compte que la vieille pierre apporte une vie à un lieu. L’Australie est un pays trop jeune et de ce fait, les vieilles bâtisses que l’on trouve partout en Europe, yen a pas ici. Je ne pensais pas que c’était quelque chose qui pouvait manquer ! Et c’est vrai que du coup, quand quelqu’un nous rend visite (ça arrive malgré la distance !), on manque aussi de choses à leur faire visiter, à leur montrer. On axe tout sur la nature, qui, elle, vaut vraiment le détour pour le coup.

Pas facile d’avoir des amis australiens
Connaître des australiens, c’est facile. Ils sont relax, sympas, c’est cool. Mais se faire des amis australiens, c’est un autre cap qu’il est assez difficile à atteindre. En fait, tu te rends compte avec le temps que ta présence importe peu. Tu es présent, c’est cool, ils sont contents. Tu es pas là, c’est cool aussi, ils s’en foutent… Ça fait un sacré fossé avec notre cher Brésil où l’attitude des gens fait que tu te sens important, que ce soit au niveau de leur comportement vis-à-vis de toi ou de leur façon de te parler. Il y a toujours un petit geste ou un petit mot, ce côté chaleureux et tactile qu’on ne retrouve pas aussi facilement ici. Après, c’est pas tellement grave, car le pays étant multiculturel, tu te fais de toute façon des amis d’autres nationalités. Mais c’est dommage de ne pas réussir à facilement percer cette pseudo-carapace des locaux…

Conclusion

Je ne suis pas tombée amoureuse de l’Australie au premier coup d’oeil ; j’ai été charmée oui, mais ça n’était pas le coup de foudre. Mais au final, je suis bien ici, et je n’ai pas grand chose à lui reprocher. Cependant, je sais que je ne ferai pas ma vie entière ici (en même temps, OÙ serai-je capable de rester une vie entière… ?) parce que j’ai besoin de plus de passion… C’est ce que j’aimais au Brésil, et que je n’ai pas ici : la passion. Tout était intense, passionnel. Pas de demi-mesure. C’était parfois extrêmement compliqué, mais parfois, j’ai la sensation que ça fait partie de ce qui a créé notre attachement pour ce pays… Peut-être qu’au final, c’est juste que la vie est trop facile ici en Australie… 😉

Si tu es venu(e) par ici, je serais ravie d’avoir ton propre ressenti dans les commentaires, ou ta réaction à mes propos, alors n’hésite pas !

***

Suis-moi sur Instagram et Facebook !

Tu pars en voyage au long cours ? N’oublie pas l’assurance ! Plus d’infos ici avec en bonus 5% de réduction pour toute souscription de l’assurance Cap Working Holiday !

3 réflexions sur “Australie, le bilan des 2 ans

  1. 15 Septembre 2015… moi je récupérais mon camping car en NZ ! :p Je pense que tu devrais tester ce pays il te plairait beaucoup! contrairement à l’Australie les distances pour se dépayser ne sont pas grandes ! ^^ C’est peut être pus facile pour se faire des amis et ils adorent les animaux 😉
    Par contre c’est encore plus loin pour rentrer en France xD Et tout comme l’Australie c’est loin de tout si tu veux visiter d’autres pays.
    Par contre il ne fait pas chaud toute l’année ! il peut même faire froid ! J’aurais aimé que se soit comme à Sydney :p
    Je dirais que l’autre inconvénient de la NZ c’est qu’ils ne savant pas faire la fête. Ils ne fêtent pas Noel !! rien n’était décoré… J’ai trouvé ça triste :s c’est pareil en Australie ?

    J'aime

    • Merci Jennifer pour ta réponse 😉 Je pense bien tester la Nouvelle Zélande, mais en vacances, car je pense en effet que le climat ne me conviendrait pas pour vivre pour le coup. Je pense que ce truc de Noël, c’est propre à l’hémisphère nord, où il fait froid pour ces festivités, et du coup, ça réchauffe le coeur de voir autant de décorations et de manger autant. Au sud, bah il fait chaud (plus ou moins) en décembre, et du coup, t’as pas le coeur à la fête de Noël tel qu’on l,entend nous ! Après, je peux difficilement comparer Australie avec NZ, vu que je ne connais pas encore cette dernière, mais de ce que je constate ici, ya des décos mais sans plus, ça ne va pas bien avec la chaleur qu’il fait ! 🙂 Et puis le jour J, tu fais un barbecue sur la plage. C’est quand même bien différent ! Je n’ai jamais été une grande fan de Noël donc ça ne me gêne pas davantage, mais je pense que le fait d’avoir principalement vécu dans l’hémisphère sud depuis que j’ai quitté la France a encore davantage contribué à ce désintérêt pour Noël !

      J'aime

Ton commentaire est bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s