La culture du surf en Australie

Si je te dis « Australie », quel est le premier truc qui te vient en tête ? Kangourou, ok…

Bon, et après ? Animaux dangereux…

Ouais, et encore après ? Surfeur au bronzage impeccable, à la musculature exemplaire, et aux cheveux blondis par le soleil et l’eau de mer, n’est-ce pas ? 🙂 Eh bien ce n’est pas un mythe (le reste non plus d’ailleurs, même si j’aurais aimé te dire le contraire concernant les animaux dangereux !) : le surf est bel et bien omniprésent ici. Le corps de rêve n’y est pas toujours par contre, pas souvent même, mais peu importe, reste avec une image positive hein, c’est plus sympa 🙂

Surfeur australien (NB : ils ne sont pas tous comme ça 😉 )

Le surf en Australie, une religion !

Hiver comme été, dès les premiers rayons jusqu’à la fin de la journée, les plages sont prises d’assaut par les amateurs de surf et les professionnels, ainsi que les touristes qui veulent leur photo en surf (même si sur la photo on ne voit pas que ce test de surf est en fait un véritable désastre traumatisant… non, non, ça sent pas du tout le vécu !). Amatrice de levers de soleil, je vais parfois très tôt à la plage histoire de capturer les premières lueurs, et chaque fois, je suis surprise de voir le monde qui se prépare à aller à l’eau. Et quand je dis tôt le matin, c’est parfois vraiment très tôt, genre 5h30… En fait, ceux qui ont des horaires de bureau vont au surf tôt le matin, avant d’aller au travail. Comme il y a des douches partout, ils peuvent se laver sur place, et hop, direction le bureau ! Puis ils y retournent même parfois après le boulot ! En tout cas, du monde à l’eau, il y en a toujours, à croire que tout le monde ne jure que par le surf !

Locaux comme étrangers, hommes comme femmes, débutants ou professionnels… c’est LE sport à pratiquer, ou au moins à tester, quand on est ici. Rien n’est accepté comme excuse valable pour ne pas se lancer à la conquête des rouleaux. Et pas même l’âge ! (merci à mon beau-père d’avoir accepté que je publie ce petit extrait 😉 )

Pas étonnant donc de voir autant de boutiques de surf partout, ainsi que des événements liés au surf (comme récemment le Vissla Sydney pro).

Ma petite expérience foireuse (ou pourquoi tu ne verras jamais de photos de moi avec une planche de surf 😉 )

Je me souviens de la première fois (et dernière…) où j’ai fait du surf en Australie. C’était à Bondi en 2013… une catastrophe. J’avais déjà testé une fois avant cela, sur une plage plus ou moins tranquille au Brésil, et ça s’était bien passé. Donc j’ai restesté sans trop de craintes à Bondi, même si d’emblée, je trouvais de loin que les vagues étaient gigantesques et semblaient puissantes. Je ne me suis pas tellement trompée… je me suis retrouvée ballotée dans les flots, en mode machine à laver… Donc je sortais de l’eau régulièrement pour reprendre mon souffle, sentant mes forces s’épuiser par la même occasion, et dès que ça allait mieux, j’y retournais, mais chaque fois plus fatiguée et donc moins apte à passer les vagues pour tenter de surfer ne serait-ce qu’une petite… À un moment, voulant passer sous une vague, je me suis fait éclater par celle-ci, remuée dans tous les sens, la planche également, dont l’aileron a d’ailleurs cogné mon crâne et l’a légèrement ouvert… Bon, je suis définitivement sortie en pleurant (j’assume.), et me suis assise sur le sable mouillé, exténuée et un peu assommée. Alors que je pleurnichais, vexée de ne pas y arriver, un petit gamin de peut-être 7 ans se tenait debout près de moi, en combi, tenant sa planche, et me regardant d’un air amusé et légèrement moqueur… « On n’est pas tous nés sur un surf, gamin!« , avais-je envie de lui dire !! Bon, je l’ai pas dit, car à l’époque, l’anglais ne me venait pas aussi facilement qu’aujourd’hui… 🙂
Ce jour-là, je n’ai pas surfé : je suis allée dans l’eau avec une planche de surf, point ! 🙂

Si tu es comme moi et que les vagues ne sont pas tes amies, tu peux toujours trouver une variante : faire du paddle sur un lac 🙂

Le paddle sur lac : le surf des peureux hehehe

Notes plus ou moins importantes avant de se lancer à faire du surf :

  • surfer en Australie est dangereux, entre les vagues violentes, les courants forts, les bestioles que t’as pas envie de croiser, etc  ; si tu pars à l’assaut des vagues, c’est à tes risques et périls, et tu pourras pas dire que tu n’as pas été prévenu(e) 🙂
  • tu remarqueras vite qu’il y a une sorte de rituel des surfeurs : 1. sortir de sa voiture à moitié habillé, 2. aller se mettre debout sur un point culminant de la plage pour regarder les vagues tel un connaisseur qui sait d’avance ce qu’il va être capable de faire sur l’eau, 3. mettre sa combi, préparer sa planche, et 4. courir avec la planche sous le bras jusqu’à l’eau. TOUS les surfeurs courent planche sous le bras pour aller à l’eau, comme si c’était une obligation. Et si tu le fais pas, tu te sens profondément con 🙂 (si un surfeur sait m’expliquer pourquoi il faut absolument courir pour aller à l’eau, je suis preneuse!)

***

Suis-moi sur Instagram et Facebook !

Donne ton opinion !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.