États-Unis / Hawaii : Oahu en 6 jours

Oahu, c’est l’île où tu atterriras très probablement d’où que tu viennes dans le monde ; c’est là où se trouvent Honolulu et la mythique plage de Waikiki dont le nom à lui seul fait rêver. Cette île est certes plus petite que Big island dont j’ai précédemment parlé, mais il y a tout plein de choses à y voir. Bien évidemment, ce n’est pas exhaustif, mais ça pourra t’aider dans les préparatifs de ton séjour sur place. (si tu veux faire le tour de l’île en photos, tu peux accéder aux différents albums sur Facebook : les plages d’Oahu et les points de vue)

Se déplacer sur Oahu

L’île d’Oahu est relativement modeste en termes de dimensions, ce qui permet de se passer de voiture éventuellement. Certes, tu ne vas pas t’amuser à parcourir l’île à pied, mais tu peux utiliser les quelques bus qui desservent les principaux coins d’Oahu. Toutefois, louer un véhicule te permettra plus de liberté, les bus n’étant pas non plus hyper réguliers.

Dormir sur Oahu

À moins que tu n’ailles faire du camping sauvage (on en a vu plein), ou que tu sois logé(e) en Couchsurfing, prépare le portefeuille pour cette partie-là. Idéalement, afin de facilement visiter le maximum, j’aurais tendance à te recommander de loger sur Honolulu même, ou vers Kailua / Lanikai.
Nous avons testé deux hébergements différents sur cette île, d’abord pour notre première nuit sur Waikiki, et ensuite dans un AirBnb au nord de l’île (Hauula).

À Waikiki : l’Imperial Hawaii resort

L’hôtel est super bien placé, à deux pas de la mythique plage de Waikiki (d’ailleurs, de nombreuses chambres ont vue sur elle), et près de tous commerces. Le bâtiment n’est pas forcément très beau en lui-même, et les chambres – qui sont majoritairement des petits studios ou appartements – sont vieillottes et très petites (nous étions un peu tassés à 6, alors que le logement était fait pour nous tous), mais ça a en soi tout ce dont tu peux avoir besoin au cours d’un séjour par là. De plus, c’était l’une des options les moins chères dans le coin, mais il a quand même fallu qu’on débourse un peu plus de 30 euros par personne pour la nuit. Pour moi qui vais toujours au moins cher, ce « moins cher » m’a paru très cher. En tout cas, le personnel est très sympa et accueillant.

À Hauula : un logement en bord de plage

Au premier abord, on s’est demandés si on ne s’était pas trompés de logement, car il ne ressemblait pas du tout aux photos mises en avant sur le site AirBnb ; tout semblait hyper clean et clair sur les photos, mais en réalité, les lieux étaient plutôt sombres et pas forcément hyper propres, sans compter l’humidité qui était encore plus élevée dans la maison que dehors. Petite déception en arrivant donc, mais au final, on s’est vite sentis à l’aise dans ce logement, même si pas mal d’équipements manquaient, surtout en passant 6 nuits là. Pour le coup, j’ai trouvé que c’était vraiment très cher pour le standing (35 euros par nuit par personne environ)…
Le truc qui nous a davantage stressés là, c’est que ce logement se trouve face à la mer. Top, tu me diras. Ouais, mais pas quand t’as un ouragan qui arrive droit sur toi et que cette face de l’île est annoncée comme étant la plus encline à être dévastée. Ce qui nous rassurait était de voir que la maison avait déjà tenu le coup à l’ouragan qui avait eu lieu un tout petit avant…

Et devant chez nous se trouve l’océan turquoise…

Manger sur Oahu

Quand il s’agit de bouffe, tu n’as que l’embarras du choix, surtout lorsque tu es à Waikiki. Les options sont tellement nombreuses que tu perdras vite du temps à choisir où tu veux manger ! Ailleurs sur l’île, tu trouves aussi bon nombre de petits restos, mais tu as surtout les food trucks, dont certains semblent avoir un sacré succès à en voir la file de voitures qui se garent à proximité. Ce sont souvent des food trucs dont la spécialité est la crevette.

Exemple de food truck

À voir / à faire sur Oahu

Les plages d’Oahu

Bien sûr, je ne compte pas lister toutes les plages d’Oahu ici, simplement celles que nous avons pris le temps de découvrir, avec leurs caractéristiques.

  • Waikiki : aller à Honolulu sans aller à Waikiki, c’est comme aller en Bretagne sans manger de crêpes ! 🙂 Je connais ce nom depuis ma plus tendre enfance, où je jouais souvent à un jeu de société appelé « Hôtel », dans lequel le but était d’acheter des hôtels autour du monde, et l’un d’eux se trouvait à et s’appelait Waikiki. Il était fait de charmants bungalows jaunes aux toitures de chaume, le tout en bord de mer. Je savais d’avance que Waikiki était plutôt ambiance grands buildings brillants que bungalows, mais au fond de moi, je crois que j’espérais voir ce que Waikiki représentait pour moi depuis toujours. Bref, Waikiki, du fait de la quantité de bâtiments qui longe la plage, ce n’est pas ma plage préférée, mais je dois reconnaître que la baie est super belle quand même. Une eau turquoise peu profonde avec les vagues parfaites et la température idéale… Si tu veux t’essayer au surf, c’est là que tu dois aller ; partout ailleurs, c’est un peu violent !
Vue sur Waikiki de Diamond head
  • Hanauma bay : quand tu vois celle-ci de haut, tu vois qu’il s’agit d’une baie très circulaire. En fait, c’est un ancien cratère de volcan dont l’une des parois s’est effondrée, laissant entrer l’océan dedans. C’est un endroit magnifique, et vraiment pas mal pour faire du snorkeling ; en revanche, de forts courants rendent la baie dangereuse pour ceux qui n’ont pas pied et qui ne sont pas à l’aise dans l’eau. Le gros hic de cet endroit : c’est payant (7,5USD / personne). Je n’avais jamais payé de ma vie pour accéder à une plage, à part les parkings, et je m’étais promis que je ne ferais jamais ça… mais quand tu vois le paysage, c’est obligé que tu veuilles l’approcher.
Vue sur Hanauma bay de Koko head
  • Sandy beach : en Australie, j’ai deux body boards. Je ne les utilise jamais parce que je ne rentre pas dans l’eau en Australie, mais quand bien même, je ne vois que des gamins en faire… J’assumais pas ! Bah là, à Sandy beach, je n’ai jamais vu autant de bodyboarders… des adultes… des super bons… et là j’ai compris que ce n’était pas qu’un truc de gosse 🙂 Bon, je n’aurais pas assumé davantage d’en faire là, compte tenu de mon niveau pitoyable à côté de ces guerriers des vagues !
  • Lanikai beach : probablement une des plus belles plages que nous ayons vue sur toute l’île… Sable blanc, eau chaude turquoise avec des touffes de coraux où nagent plein de petits poissons colorés… et une rando au top juste derrière, mais j’en parle dans le prochain paragraphe.
Les couleurs vives de Lanikai
  • Kailua beach : voisine de Lanikai, c’est à mon goût LA plus belle de toutes les plages de l’île d’Oahu. Selon le moment de la journée, le turquoise de l’eau prend différentes nuances plus ou moins vives, mais toujours aussi réjouissantes.
Kailua beach, ou le paradis sur terre
  • Hauula : c’était la plage la plus pratique d’accès pour nous puisque située juste en face de notre hébergement. Idéale pour faire un petit plongeon le matin avant de commencer sa journée… La configuration de cette plage fait que tu as pied partout ; assez rassurant quand on voit à quel point les petites vagues qui viennent là sont déjà très puissantes.
  • Banzai Pipeline : tu ne la connais peut-être pas sous ce nom-là, mais il s’agit de la plage la plus connue de tout l’archipel pour ses rouleaux légendaires que seuls les surfeurs confirmés osent affronter. Pour nous, du fait de l’agitation suite au passage de l’ouragan, les rouleaux n’étaient pas au top de leur forme, mais il y avait quand même de la belle vague à prendre et du surfeur doué à admirer 🙂
Si jeune et déjà si bon…
  • Sharks cove : contrairement à ce que son nom indique, il n’y pas forcément de requins dans cette baie 🙂 Ou du moins, on n’en a pas croisés pendant les deux heures où on a fait du snorkeling là ! Car oui, cette baie est parfaite pour ça : tu y croiseras des poissons perroquets aux couleurs fluorescentes, divers espèces de poissons aux formes et couleurs toutes aussi originales les unes que les autres, des bancs de centaines de poissons tellement denses que tu auras l’impression de nager dans un aquarium géant… Je ne suis pas une adepte des activités qui impliquent d’avoir la tête sous l’eau, je ne suis pas à mon aise, mais quand je découvre une telle faune, j’en oublie mon inconfort…
Sharks cove, un super spot de snorkelling
  • Waimea bay : si tu veux t’amuser à faire des sauts et acrobaties en sautant du haut d’une falaise, rdv ici ! Bon, ce n’est pas vraiment d’une falaise que tu vas sauter, mais d’un bloc de roche posé là, à moitié sur le sable et à moitié dans l’eau… Les plus courageux peuvent même plonger et passer dans le tunnel sous-marin qui passe juste au-dessous de ce bloc. Claustrophobes, s’abstenir ! Note pour les adeptes d’escalade de bloc : il y a un spot vraiment pas mal sur la plage, juste derrière ce plongeoir naturel 🙂
  • Laniakea beach : c’est LA plage où tu vas vouloir aller pour voir des tortues géantes de Hawaii de près… En effet, celles-ci sortent de l’eau pour venir « brouter » les algues sur les roches découvertes par l’océan ou simplement se reposer là.
Tortue géante de Hawaii

Les randonnées et balades d’Oahu

  • Diamond Head (30-40 min aller-retour) : sympathique balade au sommet d’un ancien cratère de volcan, d’où tu as une splendide vue sur Diamond head beach park, et surtout…. Waikiki !
Vue sur l’intérieur du cratère de Diamond head
  • Koko railway crater trail (1h30 aller-retour) : celle-ci, je te conseille de ne vraiment pas la faire aux heures les plus chaudes de la journée, car elle n’est pas facile et pas ombragée. Disons que ça grimpe, et que tu plus tu grimpes, et plus ça grimpe… (t’as l’impression de ne jamais en finir!), et qu’il y a un court passage au-dessus du vide qui peut filer le vertige même à ceux qui ne l’ont pas habituellement ! Mais c’est original de passer ainsi sur de vieux rails qui servaient pendant la guerre à monter les munitions pour les armes placées au sommet de ce mont. Au sommet, superbe vue à 360° sur Honolulu, Diamond head, Hanauma bay, Waimanolo beach… Si tu as le courage, d’autres randos partent de là, mais semblent vraiment sportives, impliquant de passer sur des crêtes de ces montagnes aux pentes abruptes typiques de Hawaii. Faut vraiment pas avoir le vertige là…
Au pied du Koko trail
  • Makapu’u point lighthouse trail (30 minutes aller-retour) : balade vraiment facile qui monte tranquillement jusqu’à un phare duquel tu auras vue sur les premières plages du nord-est d’Oahu, notamment Waimanolo beach.
Le phare de Makapu’u
  • Lanikai pillbox head (1 heure aller retour) : rando qui monte sur les hauteurs derrière les plages de Kailua et Lanikai, et au sommet de laquelle tu peux admirer ces plages d’un côté, et les montagnes vertes de l’île… Elle n’est pas difficile en soi, mais ne fais pas comme moi, utilise des bonnes chaussures et pas de pauvres sandales toute pourries qui glissent à chaque pas… 🙂
Vue de drone décollé de Lanikai pillbox head
  • Kaena point state park (2 heures aller-retour, mais on ne l’a même pas faite en entier…) : c’est une rando plate et assez exposée au vent quand celui-ci souffle, peu ombragée, coincée entre l’océan et les montagnes verdoyantes acérées, qui mène jusqu’à la pointe ouest de l’île. Ça en fait un spot top pour admirer le coucher de soleil ! Tout du long, tu trouveras des petites criques de sable plus ou moins fin, sur lesquelles tu auras peut-être la chance de croiser un des derniers 1400 phoques moines de Hawaii se reposer ! Ça a été notre cas alors que nous nous apprêtions à faire demi-tour, usés par cette marche de fin de journée. Je n’avais jamais vu de phoque d’aussi près ; autant te dire que j’étais raaaavie !
Entre montagne et mer, les phoques au repos

Les visites et activités

  • Pearl Harbour : comme Waikiki, c’est un incontournable quand tu vas à Honolulu. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en allant là, mais certainement pas à limite verser ma larme comme ça a été le cas. En fait, je pense que je n’avais pas idée de tout ce qui s’était vraiment passé là le matin du dimanche 7 décembre 1941, et d’à quel point les États Unis avaient été marqués par cela. Sur le site de Pearl Harbour, quelques parties sont gratuites, notamment l’accès en bateau au USS Arizona memorial ; c’est un monument dressé sur l’eau au-dessus des restes du bateau du même nom, entièrement détruit ce 7/12/1941 lors de l’attaque surprise des japonais sur cette base militaire. Les restes du navire sont toujours là, et le millier de corps qui ont perdu la vie dans celui-ci aussi… ou du moins ce qu’il doit en rester aujourd’hui. Avant d’aller là, tu regardes un petit film qui retrace la chronologie de cette attaque. Et là, tu comprends plein de choses, notamment pourquoi ça reste encore si présent dans l’esprit des américains ; d’ailleurs, par moments, l’hymne américain retentit dans tout le site, et là, gros silence, tous les américains regardent vers leur drapeau, main sur le coeur, regard rempli de douleur et de fierté. Même si ça n’est pas ta nation, tu ne peux rester insensible… Bref, pour ma part, j’ai retenu mes larmes pendant le visionnage du film… et rebelote sur le petit bateau qui nous a emmenés au plus proche du memorial ; de savoir que gisaient là les restes de ces innombrables soldats me mettait très mal à l’aise… Pour les autres activités, il te faudra acheter un ticket supplémentaire ; tu peux par exemple aller au musée de l’aviation, où tu verras divers modèles des divers avions de l’armée américaine. Sacrées machines de guerre… c’est le cas de le dire ! Juste à côté se trouve un champ sur lequel sont disposées des paires de chaussures alignées, chacune avec d’autres petits objets, et surtout une photo : celle du soldat auquel ont appartenu ces chaussures et objets. Il s’agit des soldats morts au combat lors de tous les derniers conflits impliquant les USA. Là encore, même si je les connais pas ces jeunes hommes et jeunes femmes, ça m’a fait quelque chose… Bref, je pourrai en parler longtemps de cette visite. Je ne suis pas très visites de musées et compagnie, comme tu as déjà pu le constater sur ce blog. Mais parfois, ça s’impose, et c’est sans regrets, comme là.
Memorial de l’USS Arizona, détruit lors de l’attaque surprise des japonais le 7/12/1941
  • Waimea valley : grand jardin tropical menant à des chutes d’eau dans une vallée digne de ce que tu peux voir dans Jurassic park ou Lost 🙂 Bon, à 16,95 USD l’entrée par personne, tu réfléchis à deux fois, vu que des vallées, des chutes d’eau et de la végétation tropicale, tu peux en avoir partout ailleurs sur l’île pour 0 dollar !
  • Hula show : tous les mardis, jeudis et samedis soirs, entre 18h30 et 19h30, un petit concert gratuit de musique typique hawaïenne avec des danseurs se tient à Waikiki, au bord de l’eau, près de la statue du maître du surf, Duke Kahanamoku.

Conclusion

On m’avait dit que ça ne valait pas la peine de rester trop sur Oahu, que c’était tout petit et qu’il n’y avait rien à y faire. Perso, je n’ai pas eu cette impression là, mais je pense que ça dépend clairement de ce que chacun recherche. J’aime la nature, les paysages à couper le souffle, les bols d’air en hauteur, les moments calmes à réfléchir au bord de l’eau, les balades… J’y ai trouvé mon compte à Oahu, et j’aurais pu y rester encore davantage. Mais j’aime tellement découvrir plein de nouveautés que si je retournais demain à Hawaii, ce serait pour faire un tour à Kauai et Maui notamment 🙂 J’ai en tout cas ADORÉ Hawaii !

***

Suis-moi sur Instagram et Facebook !

Donne ton opinion !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.