Thaïlande : découverte de Phuket

Phuket et ses environs – et plus généralement la Thaïlande – ont longtemps été sur ma bucket list. Et nous aurions à vrai dire aimé y aller pour nos 3o ans, c’est-à-dire il y a quelques années de ça déjà. Le truc, c’est qu’au moment où nous avions décidé cela, une bonne dizaine de nos contacts y allaient, les articles de blogs sur la destination fusaient aussi… ça a calmé mon envie immédiatement (et je suis allée aux Açores à la place!) ; limite, j’avais barré Phuket de ma bucket list. Et puis au final, il a suffi d’une promo inratable au départ d’Australie pour que je me dise que c’était l’occasion en or et que c’était tant pis pour les priorités sur ma bucket list. Nous voilà partis pour la plus grande île de Thaïlande, pas sans appréhensions en raison de trop nombreux commentaires négatifs qui nous en avaient été faits, et aussi de crainte de revivre un séisme, le sud de la Thaïlande étant sur une zone hautement sismique.

Se rendre à Phuket

Le plus simple est bien évidemment l’avion ! De France, de nombreuses compagnies proposent cette destination avec en général une escale. D’ici (Australie), nous avons des vols directs pour notre plus grand bonheur (merci Jetstar!).

Toutefois, si tu vas à Phuket dans le cadre d’un voyage au long cours (tour du monde), tu auras peut-être envie de limiter ton budget et de prendre ton temps, auquel cas tu trouveras plein de bateaux, arrivant par exemple de Krabi, ou encore des bus au départ de Bangkok. Note toutefois que les vols internes en Thaïlande, ou plus généralement en Asie du sud est, ne sont vraiment pas chers…

Se loger à Phuket

L’île de Phuket  n’est pas très grande (environ 50 km de long sur 20 km de large) mais tu peux vite passer beaucoup de temps sur la route dans les transports en raison d’un trafic dense et bordélique. Aussi, je te suggère de regarder un peu à l’avance où se situent les choses que tu veux voir / faire et de réserver ton logement en fonction. Par exemple, pour visiter Phuket town et faire des tours en bateau au départ de Rassada Pier (l’embarcadère le plus proche du centre), je te conseille de rester dormir sur Phuket town, il s’y trouve plein de chouettes adresses.

Ce n’est pas très cher, mais ça n’est pas aussi bon marché que bien d’autres endroits en Asie.

Mon adresse coup de coeur (compte environ 25 euros la chambre double)
Ming Shou Boutique House
34 Krabi road
Phuket town
83000 PHUKET

Se déplacer à Phuket

Les taxis ne manquent pas sur l’île, qu’ils aient 2 ou 4 roues. Les taxis partagés – souvent des mini vans – coûtent bien moins cher que les taxis classiques, mais il faut être patient car ces taxis s’arrêtent prendre et déposer d’autres personnes sur leur chemin. Quant aux moto taxis, identifiables par le port d’un veston rouge vif par le chauffeur, ils ne font que des petites distances, mais bon marché. Pour te donner un ordre d’idée, compte environ 100 bahts (3 euros) par moto taxi entre Rassada Pier et Phuket town. Tu peux même négocier pour être à deux + chauffeur sur la moto (oui oui…), mais dans tous les cas, ne t’attends pas à avoir un casque…

Si tu veux être libre de tes mouvements et découvrir davantage l’île, loue un scooter. Tu en trouves pour 250 bahts la journée (environ 7,5 euros). Sois juste prudent car la circulation à Phuket, c’est vraiment le bordel (et encore, ça l’est moins qu’en Indonésie).

Se déplacer en scooter à Phuket, probablement la meilleure idée, mais aussi la plus dangereuse

De et vers l’aéroport (terminal domestique), il y a des bus publics qui font le trajet jusqu’à Phuket town pour l’un, et le long de la côte ouest d’autre part. Tu payes directement dans le bus, et le montant dépend de la distance. Entre l’aéroport et Phuket town, c’est 100 bahts par personne ; entre l’aéroport et Karon beach, c’est 170 bahts. Si je te le mentionne ici, c’est parce que tu verras que les commerçants locaux sont tellement habitués à voir débarquer des touristes riches (ou du moins prêts à claquer de l’argent pour tout et n’importe quoi) qu’ils n’imaginent pas que tu puisses vouloir prendre un transport public… Alors ils te poussent tous à prendre des taxis… et en somme, ils ne sont même pas au courant de l’existence de ce bus pour beaucoup d’entre eux.

Manger à Phuket

Une chose est sûre, tu ne mourras pas de faim à Phuket ! Il y a des restaurants absolument partout ! Tu en trouves pour tous les goûts et tous les prix, mais si tu mises sur la cuisine locale, ça ne coûte vraiment pas cher (environ 150 bahts pour un plat bien garni), et ce sont des quantités plus que suffisantes, même pour une bonne mangeuse comme moi. Et après tout, si tu vas en Thaïlande, c’est pour manger thaï, non ?

Attention, la cuisine peut être assez épicée ; même moi qui ai l’habitude de cuisiner très épicé, certains mets m’ont vraiment arraché les papilles en Thaïlande 🙂 N’hésite pas à demander peu épicé si tu as le moindre doute…

Si tu veux goûter des trucs hors du commun, c’est l’occasion : sauterelles, vers, et autres « délices »qui semblent tout à fait normaux pour les locaux … On  a goûté et on n’a pas approuvé !

Dégustation de mets locaux…

Le climat à Phuket

Je ne vais pas te parler de ce que je ne connais pas en te disant comment est le reste de l’année, mais ce que je peux te dire, c’est que février, c’est le pied ! On n’a pas eu une seule goutte de pluie sur les 5 jours là-bas, globalement que du ciel bleu, un peu de vent parfois, pas trop trop d’humidité… Il semblerait que de décembre à février, ce soit la meilleure période en termes de climat.

La population à Phuket

Vu qu’il m’a été impossible d’avoir deux sons de cloche identiques sur le nombre d’habitants à Phuket, je vais m’abstenir de te transmettre des bêtises.

En revanche, j’ai relevé que la province de Phuket semblait habitée par de nombreux étrangers. Certains européens sont venus faire les touristes et ne sont jamais repartis, d’autres sont venus et ont choisi de partager leurs années entre 6 mois en Thaïlande et 6 mois dans leur pays d’origine. Nombreux sont aussi les très vieux européens qui sont venus se dégoter un(e) très jeune thaïlandais(e) et l’exhibent, tel un objet, sans aucune honte… Triste réalité omniprésente à Phuket, particulièrement sur la côte ouest de l’île.

Les thaïs sont vraiment très gentils, et même s’il n’est pas toujours simple d’interagir avec eux (voir paragraphe suivant), ils essaient tant bien que mal de t’aider, et ce, toujours avec le sourire !

Communiquer à Phuket

Grosse surprise. Après la Chine, c’est le pays où j’ai rencontré les plus grosses barrières pour communiquer. Bien que Phuket soit une région extrêmement touristique, l’anglais n’y est pas courant du tout. Et quand toutefois les personnes le parlent, c’est avec un très fort accent et/ou en mode « petit nègre », ce qui rend les choses vraiment compliquées. C’est bien d’apprendre au moins les quelques mots de politesse de base (valable pour n’importe quelle destination), mais attention, Google (translate) n’est pas ton ami sur ce coup-là. Demande idéalement à des gens qui savent parler le Thaï, ils seront les mieux placés pour t’aider à prononcer les quelques basiques.

Payer à Phuket

La monnaie est le baht. Le taux est bien évidemment variable (aujourd’hui, 1 baht = 0,028 euro), mais un moyen simple de s’en souvenir est d’arrondir. Moi je me basais sur 100 bahts = 3 euros (=4,5 dollars australiens, vu que c’est la monnaie qui me concerne).

La carte est rarement acceptée, même dans les hôtels, donc prévois de la monnaie, et pour te faciliter la vie, il y a des ATM partout ! Les frais de retraits liés aux ATMs m’ont semblé vachement élevés, aussi, essaie de retirer une grosse somme d’un coup plutôt que de retirer plusieurs fois des petites sommes.

Au cours de tes retraits, tu te retrouveras facilement avec des billets de 1000 bahts. Pas toujours facile pour les petits établissements (restos locaux, petits commerces, etc) de te rendre la monnaie là-dessus, donc adapte au max ta façon de payer à l’établissement où tu es.

Quoi faire à Phuket en 5 jours ?

Je détaillerai chacun de ces éléments dans des articles dédiés

  • jour 1 :
    • matinée au Elephant Jungle Sanctuary, un centre de réhabilitation pour éléphants qui ont été auparavant utilisés dans des spectacles et randonnées à dos d’éléphants, et qui avaient été maltraités dans cette optique ;
    •  découverte de Phuket town 
Rencontre avec un géant
  • jours 2 et 3 : escapade à Koh Phi Phi (qui fait partie d’une autre province que celle de Phuket)
  • jour 4 : journée en bateau dans Phang Nga Bay, avec notamment un tour sur James Bond island et dans le très original village de Koh Panyee
  • jour 5 : découverte de Karon, une des plages de la côte ouest qui achève hélas notre passage à Phuket sur une note négative.

Reste connecté pour découvrir la suite du voyage 🙂

Suis-moi pour la suite de mes aventures

***

Suis-moi sur Instagram et Facebook !

3 commentaires sur “Thaïlande : découverte de Phuket

  1. Phuket est pour moi l’endroit par définition à éviter de la Thaïlande. Rien n’y est représentatif de ce pays. Dommage que ton expérience de ce beau pays s’arrête à cet ville. Je te souhaite d’y retourner et de vraiment aller dans les endroits authentiques!

    1. Je pars du principe que TOUT endroit est intéressant à découvrir même quand ça n’est pas représentatif et ainsi pouvoir en effet comparer avec le reste. J’y reviens dans la suite de mes articles sur Phuket, celui ci n’étant pas destiné à donner mon avis mais des infos pratiques, mais j’ai détesté la côte ouest de l’île, et au contraire adoré Phuket town. Et je suis ravie de ne pas m’être fiee aux avis de certains amis me disant que Phuket town était moche.

    2. Je voudrais aller dans le nord de la Thaïlande la prochaine fois, à voir selon le nombre de jours que j’ai et les possibilités !

Donne ton opinion !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.